Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Kayla April Flame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Kayla A. Flame
Intello



Messages : 12
Date d'inscription : 16/12/2010

Petit Plus
Âge: 18 ans

MessageSujet: Kayla April Flame   Jeu 16 Déc - 17:50




KAYLA APRIL
FLAME
feat : Stacey Farber



« But your starry eyes, they don’t tell me a thing. »




    Général.
♣ – ÂGE : Dix-huit ans tout juste.

DATE DE NAISSANCE : 16 février 1992

GRADE : Troisième année de collège

GROUPE : Intellos, bien évidemment !





Histoire.

« Nous nous retrouvons à ce moment dans un congrès. De riches hommes d’affaires sont présents et se parlent entre eux, un verre de champagne à la main, grand sourire au visage. Ils sont tous si bien habillés qu’ils passent pour des gens très chics – et surtout très riches. Évidemment, nous parlons de grandes compagnies réunies ensemble pour parler de nouvelles choses, discuter. Il y a tellement de grands hommes et de grands employés importants que s’en est même alarmant pour certains. Se trouve dans cet endroit fort chargé un jeune homme dans le milieu de sa vingtaine. Il a alors vingt-six ans. Personne ne pourrait le croire, mais c’est lui et lui seul, le plus grand avocat que les compagnies réunies ici ont jamais engagé. Il est le plus compétent, et ce malgré son jeune âge. Riche ? Oh, oui, mes chers, vous pouvez le dire. Assez riche pour s’offrir un manoir comme maison et pour se sentir comme chez lui entre tous ces gens gagnant des millions par année. Et alors, tandis qu’il se promène entre ses gens importants, tous habillés de propre et de vêtements élégants, il replace sa cravate nerveusement en arrangeant cette belle chemise qu’il vient tout juste de s’acheter pour l’occasion. Ses yeux d’un vert foncé, presque bruns, semble un tantinet agités par une émotion tout bonnement nouvelle. Il est timide, la gêne lui colle si bien à la peau, ce qui est assez sarcastique si on se dit qu’en tant qu’avocat, il passe tout son temps devant des centaines de personnes à défendre une telle personne ou une compagnie. Et alors, son supérieur, ce patron l’ayant engagé, un homme dans la quarantaine avancée, le voit et lui sourit, lui faisant signe d’approcher.

« Ah, mais qui voilà ! Si ce n’est pas mon avocat préféré ! Approche, Fredrick. »

L’avocat s’exécute sans dire mot, tandis qu’il se fait présenter à des amis de son patron. Il se présente avec un sourire incertain aux hommes qui le regardent avec un air amusé, ne pouvant croire ce que l’homme ne peut leur dire. Lui ? Un avocat de haut niveau ? C’est alors qu’un de ces dits amis pose une question. Cependant, les yeux du jeune homme sont totalement ailleurs, plus un son ne semble venir se porter à ses oreilles. Ses yeux se figent sur une jeune femme étant elle aussi présente au congrès. Ses longs cheveux blonds tombant dans son dos, son visage semblant si doux, si… Aucun mot ne pourrait vraiment l’expliquer. Il ne répond qu’à moitié en écoutant, ne voulant pas la perdre de vue, tandis qu’elle, qui semble si perdue, semble venir d’un tout autre monde. C’est après avoir répondu si rapidement à toutes les questions que l’homme s’excuse et tente d’aller rejoindre la demoiselle.

Celle-ci, totalement dépaysée, vient d’ailleurs. Tandis que lui vient de Londres, elle arrive de si loin qu’on ne pourrait certainement pas la reconnaître. Pourtant, Fredrick n’avait jamais rien vu d’aussi beau de sa vie. Qu’elle vienne d’ailleurs ou d’ici, cette totale fascination qu’il avait envers cette jeune femme le poussait carrément à aller la voir. Celle-ci, dans son empressement, ne remarque même pas l’homme quand il se met devant elle, si bien qu’elle lui fonce dedans. Et alors, sur le coup de la surprise, elle le regarde de ses yeux azurés qui lui semblent si purs, elle aussi semblant soudainement captivée pendant quelques instants par ce jeune homme qui semble si doux, si gentil. Elle s’excuse de sa voix douce et gênée, détournant le regard. Son accent finit de le séduire, et le pauvre homme n’a que de choix de lui demander si après ce congrès, elle voudrait bien prendre un café avec lui. C’est avec plaisir que la jeune femme accepte. Ils se retrouvent alors tous les deux dans le café, tout de suite après ce congrès, et ils parlent d’eux, de ce qu’ils font. Fredrick découvre le nom de la jeune femme. Elle s’appelle Judit Hagebak. Avec un nom si particulier, on peut comprendre qu’elle ne vient certainement pas de la Grande-Bretagne. C’est une Norvégienne. Une architecte en devenir, doublée d’une sublimissime designer d’intérieur. Elle vient tout juste de déménager par ici, semblerait-il, car un contrat la garde dans ce beau pays. Fredrick n’a que de choix de sourire à cela, tout bonnement heureux de sa nouvelle connaissance. Ils se parlent comme des bons amis, même s’ils sont que des connaissances de quelques heures à peine. Ils se donnent leur numéro à la fin de cette soirée, les deux partant de leur côté, heureux. »

C’est ainsi que les parents de la jeune femme firent rencontre, il y a de cela un peu plus de dix-neuf ans. Oh, comme vous pouvez le deviner, ils se sont revus, par la suite. Ils sont devenus amis, et leur amitié a évolué pour devenir de l’amour dans les mois qui eurent suivis. Ils s’aimaient tellement, c’était beau à voir, un vrai petit couple qui semblait fait pour durer longtemps. Évidemment, les deux gagnèrent en popularité, et quand Fredrick dégotait de nouveaux contrats, il en était de même pour la ravissante Judit, qui ne cessait de progresser dans l’art de sa profession. Ensemble, ils gagnaient assez d’argent pour s’offrir ce que vous voudrez, quoiqu’ils n’aient jamais abusé de cet argent inutilement. Et alors, un an plus tard, il y avait Judit qui annonçait fièrement qu’elle était enceinte, à la grande joie de son homme qui sautillait presque comme un enfant à la nouvelle. C’est alors que la maison prenait forme, qu’une belle petite chambre d’enfant faisait son apparition, avec de belles couleurs dans le mauve lilas pour agencer sa chambre. Les deux cherchaient avidement des noms pour l’enfant, il y en avait tellement qu’ils avaient beaucoup de mal à se décider. Déjà, même avant sa naissance, Kayla avait beaucoup d’affection de la part de maman qui lui lisait des histoires à haute voix pour qu’elle puisse la reconnaître et de papa qui ne cessait de frotter le ventre qui devenait de plus en plus gros de maman, qui dût laisser tomber le design d’intérieur pour seulement se prêter à ses dessins d’architecte pour les derniers mois.

Puis vint la naissance. Les parents étaient si heureux de voir ce petit visage enfin. Ils l’appelèrent alors Kayla, lui donnant le deuxième nom d’April, le père trouvant ses deux noms très beaux, et la mère, étant totalement de cet avis, ne pouvant que céder aux demandes de son mari. Cette petite n’avait certainement pas besoin de nom norvégien, qu’est-ce que vous en pensez ? Elle avait les beaux cheveux orangés de son père et ses yeux, les traits angéliques de sa mère, et ce sourire à craquer qui la caractérisait tant. Et alors, elle grandit, toujours en beauté, tout le monde ne pouvant que craquer devant ce regard et ce visage d’ange qu’elle donnait à tout le monde la regardant. Grands-parents, tantes, oncles, tous semblaient apprécier la jeune pouponne. Notre jeune fille grandissait très bien, apprenait très vite, de quoi avoir l’admiration de son père, dans l’amour inconditionnel de sa mère. C’était une très belle atmosphère, toujours, dans la maison, et tout le monde regardait le jeune couple et leur enfant avec des yeux si doux, presque envieux de ce bonheur qu’ils vivaient. Toujours, Judit parlait à sa fille en norvégien, pour lui apprendre cette langue si belle et cette culture qu’elle chérissait, même loin de chez elle, après avoir emménagé avec Fred. Le jeune père, quant à lui, ne connaissait strictement rien au Norvégien, apprenait en même temps que sa fille. Cependant, il lui parlait seulement en anglais, de sorte qu’elle puisse apprendre les deux langues et être parfaitement bilingue quand elle grandirait.

Et oh, ce qu’elle grandissait ! Ça pousse vite, des enfants, laissez-moi vous le dire… Ce qui était merveilleux, c’était bien le fait qu’elle semblait avoir une dextérité hors du commun qui ne cessait de se développer. Elle apprenait très rapidement. Et encore, quand elle n’avait que trois ans et demi, son vocabulaire oscillant entre les deux langues semblait presque parfait. Elle enregistrait tellement d’informations d’une manière rapide que ce n’est que peu dire que c’était hors du commun. Elle rendait ses parents fiers dès ses premières années de vie. Et alors, elle fit son entrée à l’école primaire. À cinq ans, ses parents, d’un commun accord, se séparèrent. Ce n’avait pas été une violente séparation. Ils restèrent en effet de très bons amis et décidèrent d’un commun accord de continuer à habiter très près l’un de l’autre, pour ne pas déstabiliser la petite qui n’avait que cinq ans, à ce moment-là. Heureusement, d’ailleurs, elle n’en fut point déstabilisée. Elle comprit rapidement quand ses parents lui expliquèrent qu’ils ne pouvaient plus vivre ensemble mais qu’ils resteraient près, sans faire trop d’histoires. Après tout, tel était son choix de vivre entre les deux et de changer de maison quand bon lui semblerait, avec la pensée que l’autre n’habitait que sur le coin de la rue. Un monde sans disputes pendant de longues années, que peut-on rêver de mieux ?

C’est quand elle avait environ le même âge que notre jeune fille se tourna vers le végétarisme. Eh oui, c’est après avoir entendu ses parents parler d’animaux maltraités qu’elle décida de faire la grève et de ne plus manger de viande. Bien heureusement pour elle, ses parents acceptèrent son choix, et ils restèrent avec elle dans cette décision, ne lui faisant que des repas végétariens. La jeune Kayla avança rapidement dans son école primaire, se classifiant assez aisément dans les notes les plus hautes de la classe, étonnant ses professeurs grâce à ses techniques d’apprentissage plus vite que la moyenne. Elle était toujours attentive, ne ratait jamais de classes pour aucune raison, posait des questions quand une difficulté survenait, et faisait tout ce qu’un élève normal se devait de faire pour sa bonne réussite. Elle avait une telle soif d’apprendre que dès qu’elle eut appris comment lire, elle se mit à lire livres après livres, passant d’encyclopédies à contes pour enfant, de biographies à manuels de classe. C’est presque tout ce qu’elle faisait en revenant à la maison. Elle apprenait. Toujours plus, jusqu’à ce que son cerveau explose de connaissances. Bon, d’accord, s’entend, les gens la trouvaient parfois énervante par la cause de ce tout petit détail, mais cela, elle tentait de ne pas trop s’en faire. Sa mère lui avait toujours dis de ne pas s’en faire, alors pourquoi s’en ferait-elle ? Cependant, il lui arrivait de pleurer par ces commentaires. C’était une jeune fille très émotive, personne ne pourrait le nier. Elle n’était pas pour autant une fille très solitaire. Elle avait quelques amis proches qu’elle appréciait, dont une plus en particulier qu’elle adorait. Son nom ? Emma Robin. Son père, depuis qu’elle était toute jeune, l’apportait parfois à ses rendez-vous entre collègues avocat, lui ayant maintenant sa propre ‘compagnie’, si vous voulez. Il gagnait une tonne d’argent, il était très populaire. Mais bref, passons. Emma, elle était la petite d’un des amis à son père. D’un an son aînée, elle la rencontra alors qu’elle n’avait qu’à peine cinq ans. Et depuis, elles ne purent plus se lâcher. Elles jouaient toujours ensemble, les deux meilleures amies du monde, quoi !

Emma aussi, en prime, était très intelligente. Cependant, elle ne l’était pas autant que notre petite rouquine. Elles allaient à l’école ensemble, les deux toujours les hautes de la classe, les deux toujours copines. On ne les voyait jamais sans qu’elles ne soient une à côté de l’autre. Tandis que Kayla était une petite timide, Emma, elle, c’était tout le contraire ! Mais comment la blâmer, celle-là ? C’était surtout elle qui défendait notre petite Kayla quand elle en avait le plus besoin, et il fallait dire que la jolie petite rouquine lui était reconnaissante pour cela ! Cependant, leur amitié eut un terme assez brusque. Le père de sa complice devant quitter le pays pour quelques années, elle n’eut d’autres choix que de le suivre. Elle perdit Kayla de vue, mais cependant, les deux gamines continuèrent de s’écrire au moins une fois par semaine, se contactant par e-mail s’il le fallait, même.

Elle rentre alors dans l’adolescence. Le changement d’école, tout cela, ne l’affecta guère. Elle n’avait pas beaucoup d’amis, mais ceux qu’elle avait l’avaient suivi. Kayla fut toujours habituée de se tenir avec des gens plus vieux qu’elle, mais c’est dans ses années-là, alors qu’elle avait treize ans, qu’elle prit plus ses habitudes. Et alors que dans sa jeunesse elle suivait toujours son père, sa mère ayant retourné vivre en Norvège après un moment, elle la visitait à chaque fête depuis belle lurette. Le côté artistique de sa mère, soit son talent inouï pour le dessin, ne frappa pas notre jeune adolescente plus qu’il ne le fallait. Elle eut cependant le goût pour le design d’intérieur, passion qui se développa de plus en plus, comme ses valeurs, dans ce temps de sa vie. La période médiévale commença à la passionner, de ce fait, sa chambre ne retenait que dragons et décorations totalement médiévales. Elle voulait aussi démontrer aux gens qu’elle était différente, elle voulait se démarquer de la neutralité, de cette normalité qu’elle voyait partout autour d’elle. Elle confectionne ses propres vêtements, s’améliorant dans cet art, se donnant un style plus punk/rock. Côté académique, rien ne changea. Elle fut toujours cette jeune adolescente très attentive qui fait tout ce que le professeur lui demande. Elle dégota de si bonnes notes, une année, qu’ils jugèrent bon de lui faire sauter la prochaine. Et encore là, avec des gens d’un an plus vieux qu’elle, elle était capable de se monter dans les plus hautes notes de la classe. Si nous oublions ces points, son adolescence fut tout bonnement banale, très belle, remplie de choses joyeuses. Elle eut toujours ce même cercle d’amis fermé, jamais beaucoup. Elle grandit et devint plus mature.

Parallèlement, elle parlait toujours à Emma par courriel et la voyait quelques temps, quand elle allait aux réunions avec son père. Kayla fut toujours passionnée parle métier d’avocat de son père, qui n’hésita pas à ces moments décisifs de sa vie, où elle doit faire des choix, à tout lui apprendre ce qu’elle savait. Elle participe donc à beaucoup d’activités de ce côté avec lui, l’aide quand elle le peut, apprend avec plaisir. Elle se dégote un emploi dans un refuge pour animaux abandonnés seulement pour aider ces bêtes, même si l’argent de ses parents est abondant. Cette période de sa vie la marqua beaucoup, et encore aujourd’hui, il n’est pas rare de la voir parler des lois d’Angleterre et parfois même des lois Norvégiennes. Puisqu’elle veut se lancer dans ce domaine et devenir comme son père avocate reconnue, suivant ses traces, c’est tout de même une bonne chose…

À seize ans, alors, elle rentre dans la prestigieuse école qu’est Storm Garden. Ses parents avaient jugé que cette école serait la meilleure, car c’est la plus prestigieuse, la mieux classée, où les professeurs sont les meilleurs. De plus, il faut dire que seulement les plus riches de la population y ont accès. Elle y rencontre alors des gens comme elle et est très joyeuse à l’idée de retrouver son amie de toujours, Emma, qui y est aussi envoyée pour sa première année dans un collège doublé d’une université. Il y a cependant un petit hic… Elle y rencontre au même moment ces Gardens, les terreurs de l’école. Et en plus de cela, les quatre rois de l’établissement, ces F4, ces crétins. Elle aurait tant aimé se révolter contre eux, mais c’est bien impossible. La mention du carton rouge et d’une quelconque résistance l’effraie, elle, la timide. Elle apprend cependant à les éviter et à ne pas s’attirer trop d’ennuis, quoiqu’en tant qu’intello, c’est un peu difficile de ne pas avoir des Garden Boys sur le dos la plupart du temps. Cependant, un des F4, le plus jeune, l’intriguait. Il ne faisait jamais le mal, semblait le plus doux des quatre, toujours à tenter d’atténuer leurs dégâts. Il n’avait pas l’air menaçant du tout, mais dans un simple regard, de ce regard azuré si merveilleux, eut tôt fait d’éveiller en elle une petite étincelle.

Il y eut, cette année-là, un voyage à Paris pour les étudiants de Storm Garden. Voyage inoubliable que Kayla n’est certainement pas prête à oublier… En effet, tandis qu’elle et sa complice, Emma, se tenaient sur un pont, milkshake à la main, parlant de tout et de rien en regardant le petit ruisseau couler, une bande de Garden Boys vinrent les accoster. Harris ne se tenait pas loin et notre jeune femme ne pouvait s’empêcher de lui lancer des petits regards sous ses yeux pétillants et ses joues quelque peu rougies par la gêne. Les Gardens Boys se moquèrent bien des deux jeunes filles, et, tandis que les deux tentaient de résister, un fut totalement choqué de recevoir le milkshake d’Emma à la figure tandis que Kayla, sa cible, ne semblait pas trop vouloir coopérer. Dans sa rage, il poussa les deux jeunes femmes qui tombèrent hors du pont ; enfin, Emma tomba. Kayla, pour sa part, dans un cri de surprise, se fit brusquement rattraper par… Nul autre que le jeune F4. Ce fut, à ce moment où son regard croisa le sien de si près, sa respiration coupée, qu’elle eut le coup de foudre. Ou peut-être était-ce une confirmation des sentiments qui l’habitaient ? Des papillons voletèrent dans son ventre et s’enflammèrent au niveau de son cœur, mais il était déjà parti, après qu’elle l’ait remercié d’une voix faible, avant qu’elle ne rougisse jusqu’aux oreilles sous les rires de sa meilleure amie, tout en bas, trempée jusqu’aux os, devant sa réaction.

Depuis, elle ne cesse de croiser son regard, totalement entichée de lui, de son regard si tendre, de ses yeux représentant la mer… Mais elle sait que c’est un amour impossible. Elle ne sait comment résister à cette tentation de vouloir être avec lui. C’est cependant que son visage qui hante ses pensées, tandis que personne n’est vraiment au courant.



Caractère.

Comment décrire cette petite chose qu’est Kayla ? Enfin, il faut dire qu’on pourrait en dire beaucoup pour revenir à la même chose. Ce qu’il faut savoir avant tout sur la jeune femme, c’est qu’elle est tout au plus très adorable. Elle a un sourire à craquer, des petites joues toutes rondes et des yeux verts tirant sur le brun très émotifs. Toujours très souriante, d’ailleurs, elle n’hésite jamais à remonter le moral de ceux qui l’ont au plus bas, ne supportant pas les larmes de ses proches et même des personnes qu’elle ne connaît qu’à peine. Il n’est donc pas très rare de la voir pleurer pour la tristesse d’un tel ou d’une telle. Parlant d’émotions… La jeune femme peut facilement tout décrire ce qu’elle ressent avec une exactitude très agaçante, pour elle, par moments, seulement avec son regard, son expression faciale et son air. Il lui est totalement impossible de mentir à qui que ce soit. C’est le petit détail qui peut devenir totalement embêtant quand on tente de cacher ne serait-ce qu’un petit truc, quand on a le moral à zéro, par exemple.

Certains vont même jusqu’à la décrire comme trop émotive. Ce n’est pas totalement faux. Il est facile de la faire rougir comme il est facile de la mettre hors d’elle-même, de ce fait il ne faut pas la provoquer. Dans ces cas-là, ne vous étonnez pas de recevoir un vilain coup de bottes à semelles de deux pouces derrière la tête avec une force colossale ! Bah oui, elle est petite, cette rouquine, mais loin de vous doit se tenir cette idée de la sous-estimer ! Du haut de ses cinq pieds deux – qui devient quatre quand elle a ses bottes dans les pieds, bien évidemment – elle n’est certes pas très menaçante. Loin d’être une jeune femme naïve, elle est même très intelligente pour son âge. Enfin, elle n’est pas une Intello pour rien ! Elle dégotte toujours des notes exemplaires aux examens et dans tout ce qu’elle entreprend, il faut que ce soit fait à la perfection. Ça passe, ou ça casse, quoi. Ses matières favorites restent cependant ce qui a en rapport avec le droit. Elle est une adepte de la lecture, elle lit tout ce qui lui passe sous la main, avec une vitesse de celle qui aime lire à un point tel qu’elle finit un livre en une seule soirée, pouvant se remémorer tel ou tel passage assez facilement. Elle n’a peut-être pas la mémoire la plus évoluée, mais encore dans cette catégorie, ça s’emmagasine assez bien dans sa jolie petite tête.

C’est une fille qui reste souvent douce envers ses amis, elle adore rire comme elle ne déteste pas non plus la solitude. Souvent, vous la verrez avec quelques amis proches, mais jamais dans une bande. Ce n’est pas par peur de se faire décevoir, mais les grosses bandes d’amis où on ne connaît que deux ou trois personnes la choquent un peu. Mieux vaut une belle bande où tout le monde se connaît par cœur et où la complicité est aussi liée que des chaînes. Elle est très timide, aussi, et on peut facilement le voir face à ses pommettes toutes rouges quand quelqu’un lui plaît ou quand un petit commentaire gentil lui est fait. Il faut dire aussi que franchement, Kayla, c’est la fille la plus charmante que vous ayez jamais rencontrée. Elle est généreuse, elle est douce, aimable, attentionnée et oh combien délicate. Il n’y a pas un moment où elle ne va pas sauter dans le tas pour aider quelqu’un en difficulté, qu’importe ce qu’est son problème. Les différences ? Elle ne les voit pas. Pour elle, tout le monde est mis sur un pied d’égalité jusqu’à preuve du contraire, ce qui s’est manifesté plusieurs fois, dans cette école de fous, laissez-moi vous dire. Son jugement est peut-être léger, mais quand elle a décidé, on ne revient plus en arrière. Une personne qu’elle trouve à un point désagréable va toujours le rester. On peut déjà compter la plupart des Gardens et les F4 dans le tas, voyez-vous…

Un autre détail totalement important sur elle serait le fait qu’elle est végétarienne, et même très fière de l’être ! Oooh, ne vous approchez pas d’elle si vous mangez quoi que ce soit contenant de la viande animale ! Kayla adore les animaux, elle connaît même presque toutes les espèces existants sur la Terre, de leur nom scientifique à même une petite description du caractère de l’animal et de ce qu’il a l’air. Alors une chose… Si vous mangez de la viande devant elle, fuyez dès que son regard se portera sur vous ! Si non, elle aura votre peau ! Eh oui, c’est son petit côté écologique et ‘tree-hugger’ qui prend souvent cette forme face aux sorts que nous faisons subir à ces pauvres petites bêtes… Ceci est une chose, mais il y en a pourtant d’autre. La jeune femme porte toujours ses belles bottes, avec d’énormes semelles, ceci dit. Elle est petite, n’aime pas trop se fait, et se grandit assez bien. Mais plus que cette valeur, elles sont une valeur très sentimentale pour la jeune femme, et les perdre serait un total désastre. Elle pourrait même frôler l’hystérie juste à savoir qu’elles ont été piquées. La crise qu’elle ferait à celui qui lui prendrait ses bottes… Ouf ! Faut pas espérer en ressortir vivant, si vous voulez mon avis !

Bon, puisqu’on est dans ce qu’elle apprécie, notre jeune rouquine adore tout ce qui fait partie du temps médiéval. En fait, sa chambre, et ça, tout le monde se doit d’être au courant, est totalement décorée en l’honneur des plus prestigieux châteaux d’antan, fait par elle-même, de son superbe talent qu’elle tient de sa mère. Elle est une habile designer d’intérieur et elle est très fière de pouvoir sortir et utiliser son côté artistique pour ce qu’elle aime le plus au monde. Une autre chose qui la charme est le son du violon, surtout s’il est bien joué, ce qui rendrait certainement quelqu’un en particulier de bien heureux s’il apprenait ce simple petit détail…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Gossip Girl



Messages : 68
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Kayla April Flame   Jeu 16 Déc - 20:14

Coucou !

Ta fiche semble acceptable, tout est là et tout est respecté.

Je te valide, bon jeu ! :wink:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stormgarden.forumactif.org
 

Kayla April Flame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Storm Garden :: Le debut du commencement :: Les dossiers des élèves :: Les élèves de l’école-
Sauter vers: