Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Hana Eun Kwon
Régulier



Messages : 11
Date d'inscription : 12/12/2010

MessageSujet: Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer   Ven 17 Déc - 12:47

J'étais arrivée à l'université la veille, et à vrai dire tout était encore nouveau et déroutant pour moi. Bien que je sois habituée au luxe, tout ca était encore un peu trop pour moi. Mon cheval, Dreamer, était comme moi arrivé la veille, d'ailleurs la première chose que j'avais faite ici avait été de m'occuper de lui. Bien que les écuries étaient magnifiques, et qu'un bon nombre de palefreniers étaient aux petits soins des chevaux, je m'inquiétais quand même sur ce que le changement de lieu allait faire à mon petit étalon, car, avouons-le, il était plutôt sensible.
C'était pourquoi j'avais décidé de m'y rendre dès que possible aujourd'hui. Après les cours, j'étais donc partie directement aux écuries. A peine passée la porte, je me laissais envahir par l'odeur que j'adorais tant: celle de chevaux, mélangé à une odeur de foin. A peine Dreamer m'avait remarqué, il passait la tête par dessus de la porte de son box et émit un petit hennir, comme c'était son habitude. J'ouvrais rapidement la porte du box, tout en commencant à lui caresser doucement le chanfrein.

"Alors mon gros, ca te plait ici?"

Le jeune cheval me regarda d'un air intelligent, avant de se mettre à fouiller mes poches avec son museau, cherchant une pomme, ou une quelconque récompense.

"Pas maintenant mon beau"

Je laissais échapper un sourire amusé. Ah ce cheval, il ne changera jamais. Aorès m'être occupé de lui et que son poil était luisant, je m'asseyais dans un coin du box. J'étais pas venue pour monter, avec le stress qu'il avait eu à cause du transport, autant le laisser soufler un peu. Si j'étais ici, c'était uniquement pour lui tenir compagnie. Après m'être confortablement installée dans la paille, je sortis le livre que j'avais amené, avant de me mettre à lire. Pendant ce temps, Dreamer avait posé sa tête son mon épaule. Sa lèvre pendouillait, il était complètement décontracté. Au bout de quelques pages seulement, j'étais tellement absorbée dans l'histoire que je ne vis pas la bêtise du joli petit étalon bai venir. Tout à coup, son museau coupa mon champs de vision, puis le calme de l'écurie fut interrompu par un "scratch". Il venait tout juste d'arracher une page, et me regardait en la machouillant, fier de lui. Quand à moi, j'avais peur: l'encre était sans doute toxique...

"Dreamer! Ca se mange pas!"

J'essayais de la lui reprendre, mais Monsieur prenait ca pour un jeu et m'évitait. Quand je finis enfin par y arriver, je remarquais que je n'étais plus seule, une fille, d'à peu près mon âge, se tenait à la porte du box en rigolant. Bon, d'accord, il y avait de quoi. D'ailleurs je ne pus pas m'empecher de joindre mon rire au sien. Dreamer, malgré ses 4 ans, était encore un vrai bébé dans sa tête, il m'en faisait voir de toutes les couleurs. Au moins avec lui, on ne risquait pas de s'ennuyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kayla A. Flame
Intello



Messages : 12
Date d'inscription : 16/12/2010

Petit Plus
Âge: 18 ans

MessageSujet: Re: Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer   Dim 19 Déc - 15:01

    Octobre. Le mois des feuilles qui tombent par milliers dans les arbres. Ça annonce que l’hiver approche, avec une odeur sublime. J’adore l’automne. C’est tellement magnifique, quand on y pense. Les couleurs, la température, le vent qui siffle doucement dans nos oreilles en murmurant des trucs incompréhensibles... Les oiseaux qui chantent encore tôt le matin. Tout ces petits signes qui annoncent l’hiver, qui s’en vient de plus en plus vite. L’heure qui change, les nuits plus longues, les jours plus courts. Sans parler de l’odeur des feuilles, à ce temps de l’année. Storm Garden étant située au beau milieu d’une forêt près de la ville, l’odeur des arbres se fait ressentir plus qu’autre chose. C’est tellement agréable. Il ne fait pas trop chaud, pas trop froid. On est juste biens, juste assez pour pouvoir ressentir une dernière fois cette température agréable avant le grand froid. Je portais une petite veste, de la couleur du ciel dans sa noirceur la plus totale, un beau bleu sombre et nébuleux, avec une écharpe blanche comme neige, offrant un magnifique contraste. Je ne m’étais pas élégamment habillée, j’avais en fait trouvé ces vêtements il n’y a pas très longtemps dans une boutique. Après les avoir quelque peu modifiés à ma guise, je les portais maintenant. Pour ce qui est des pantalons, ils étaient tout aussi simples que tout le reste. D’un bleu foncé, de la matière qui ressemblait beaucoup à celle d’un jean sans que ce n’en soit un. Je me sentais confortable, comme ça.

    Et les mains dans les poches, je cheminais doucement vers les Écuries, là où, à chaque année, depuis deux ans déjà, résidait ma belle petite jument palomino, sa robe si caramélisée et sa crinière d’un blanc de crème onctueuse, affectueusement appelée Perle. Elle avait été, il y a de cela quelques années, un cadeau de ma mère. Oh, et ne vous trompez pas... Elle s’appelle Perle, oui, mais ce n’est pas du tout à la prononciation française... Ce qui est marrant, c’est que ce nom est écrit de la même manière en français qu’en Norvégien ! Ça m’a toujours fait marrer de voir des Français dire son nom avec leur prononciation... Quand en fait, ce n’est pas du tout ça ! Il faut le prononcer ‘palya’, ou enfin, ça ressemble à ça. Je ne sais pas vraiment comment l’exprimer par écrit. C’est bien d’avoir deux langues maternelles, je trouve. Tu en apprends plus aux gens autour de toi et tu as deux cultures.

    L’écurie se dressait devant moi, belle et somptueuse. Je sentais déjà la feinte odeur du foin au loin. Mes pas me rapprochaient de plus en plus. En fait, mon petit détour vers cet endroit n’était pas forcément pour monter. C’était plus pour l’emmener marcher avec moi, dans la forêt. Aller observer le ruisseau quelques instants et respirer l’air frais du dehors. Il y avait beaucoup de chevaux à Storm Garden. La plupart étaient très bien traités, même. Cependant, en rentrant, je ne vis que les palefreniers que je saluai avec un sourire. J’arpentais le long couloir, les box, ma carte en main. Je vis la porte menant tout droit à celui de mon beau cheval adoré. Je passai ma carte dans la fente, et, avec cette petite lumière rouge et ce petit bruit familier, la porte se débarrait et je l’ouvrais. Les oreilles de la jument se levèrent et elle tourna la tête pour me regarder de ses grands yeux noirs expressifs. Je lui faisais un sourire doux en mettant ma main sur son museau.

      « Hei, kjære venn. » Murmurais-je avec un petit sourire, caressant doucement ses oreilles. « Je suis heureuse de te revoir. »


    Les animaux et moi, ça forme un tout tellement grand. Je caressais par la suite sa crinière et je sortais la brosse, pour enlever les nœuds qui s’y étaient nichés. Les box étaient peut-être grands, mais je crois bien qu’elle avait besoin de sortir un peu. Moi et Perle, nous avions un lien assez unique, enfin je crois. Je pouvais l’emmener n’importe où sans qu’elle ait besoin de longes ou de licol. J’avais assez confiance pour savoir que si jamais elle devait se mettre à courir, c’était pour retourner à l’écurie. Il m’était déjà arrivé de la monter en plein hiver, l’année dernière, sur le sentier de ski, là où elle avait sursauté, s’était cabrée et m’avais violemment propulsé par terre, se mettant à courir comme une défoncée. Je ne me souviens plus de ce qui l’avait tant effrayée, mais j’avais eu beau courir, je n’avais jamais été capable de la rattraper. Je l’avais retrouvé au box, en train de m’attendre, quinze minutes après.

    Juste à cette pensée, je me mettais à rire toute seule. Après l’avoir tout bien arrangé, je lui tapotais doucement le dessus de la tête.


      « Kom, Perle. »


    Elle n’avait aucun mal à me suivre, jusqu’à ce que plus loin, passant devant le box d’un jeune Oldenburger, j’entendais une voix paniquée. Je me retournais pour regarder, remarquant une jeune coréenne se débattant contre son cheval pour tenter de lui arracher une page de la bouche. Je souriais devant la scène. C’est après tout ce délire qu’elle me regardait, moi, qui rigolait avec mon cheval à côté de moi, qui s’était passé la tête dans le box.

      « Salut. »


    Il fallait bien se présenter, je n’étais pour rester là, à me moquer comme ça, sans rien dire ! Je mettais ma main dans la crinière de Perle, continuant.

      « C’est un beau cheval que tu as là. Son nom est Dreamer, à ce que j’ai pu comprendre, non ? »


    Je fis un petit rire.

      « Il a l’air bien en santé, en tout cas ! »


    Je restais là, ne voulant pas trop envahir son espace en entrant dans son box. Alors, je continuais de parler sans trop attendre.

      « Mon nom est Kayla. Enchantée de te connaître. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hana Eun Kwon
Régulier



Messages : 11
Date d'inscription : 12/12/2010

MessageSujet: Re: Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer   Mar 21 Déc - 15:40

Je me retournais vers la jeune femme rousse, la page de mon livre entre les mains.

"T'étais obligé à baver dessus Dreamer..." murmurais-je à l'étalon qui tenait désormais tranquille à côté de moi, avec son air d'ange.

La jument de la fille était magnifique. Quand à sa cavalière, à côté de l'apparence soignée et à la mode de celle ci, je me sentais comme déplacée. Ses habits étaient à la mode, tandis que moi je portais un jean d'équitation délavé. Bien que j'avais les moyens de m'en racheter quand je le voulais, je portais la plupart du temps mon préféré, par conséquent, il avait pas mal vécu. En plus je devais avoir de la paille un peu partout, vu que j'avais passé quelque temps par terre.
Je laissais échapper un sourire à sa question, j'étais toujours plus à l'aise quand on me parlait cheval.

"Salut. Oui, c'est Dreamer."

Il semblait d'ailleurs tout juste d'avoir remarqué la jument, vu qu'il s'approcha de la porte pour la sentir.

"AH on ne peut vraiment pas se plaindre qu'il manque de forme, au contraire"

Dreamer semblait avoir échangé assez de politesse, vu qu'il partit manger son foin, mais les mouvements de ses oreilles indiquaient qu'il ne perdait pas un seul mot de ce qu'on disait.

"De même. Moi c'est Hana. Elle s'appelle comment ta jument? Elle est magnifique en tout cas"

J'approcais lentement ma main des naseaux de la jolie palomino, pour le laisser me sentir, avant de lui caresser le museau. Je profitais en même temps pour l'observer de plus près. Elle était plutôt fine, mais très gracieuse, le genre de cheval que j'aimais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kayla A. Flame
Intello



Messages : 12
Date d'inscription : 16/12/2010

Petit Plus
Âge: 18 ans

MessageSujet: Re: Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer   Mer 22 Déc - 11:56

    Tout cela pour dire qu’un cheval, parfois, ça peut être vraiment taquin. Je souriais toujours en regardant la jeune femme, la page à la main, semblant totalement décontenancée par ce que son jeune équidé venait de faire. En effet, ce n’est pas tous les jours où on peut vraiment avoir la paix avec eux. Ils sont comme nous, quoi, ils aiment bien s’amuser par moments. Je flattais toujours la crinière de ma belle Perle quand la jeune femme répondit à ce que j’avais à lui dire. Enfin, son cheval s’appelait bien Dreamer, ce qui voulait dire que je ne m’étais pas trompée. C’était un beau nom. Ça pouvait signifier pas mal de choses, aussi. Il est vrai qu’un cheval, une fois qu’on le monte et qu’on se promène sur leur dos, ça fait rêver. Ils font tout aussi rêver que par leur apparence, leur liberté. Avoir le vent dans les cheveux quand nous sommes à cheval… Ce tel sentiment est tout simplement merveilleux. Et puis, un cheval, c’est comme un ami. Quand nous en avons un, difficile est notre vie sans leur rendre visite au moins une fois aux deux jours. Tu peux tout leur compter, ils t’écoutent sans juger. Et en plus, ils t’adorent tout autant que tu l’adores. Perle, c’était comme une très bonne amie pour moi. Après des années à la côtoyer, il m’était facile de comprendre tous les messages qu’elle me passait. Enfin, c’est ce que je m’amusais à croire.

    C’est à ce moment que le petit étalon s’approchait de ma belle palomino, lui sentant le museau avant de se retourner à son occupation, ce qui était, et vous l’aurez sûrement compris, manger. C’est pas qu’un cheval ça mange 24 heures sur 24, mais c’est quand même une de leurs occupations favorites. Je souriais à le regarder partir. Perle se secouait la tête, faisant virevolter sa crinière dans tous les sens avec un bruit bien familier. Je lui tapotais alors doucement le cou. La jeune femme s’appelait donc Hana. C’était un nom populaire, quoique cette fois, un peu comme le non de mon cheval, il ne sonnait pas très anglais dans sa prononciation.

      « Elle s’appelle Perle » Fis-je simplement, toujours en souriant. « C’est norvégien. Ça signifie perle, tout simplement. »


    Ma petite jument se laissait flatter sans trop broncher. En fait, elle adorait les câlins, alors c’était certain qu’elle n’en ferait pas une grosse histoire en tentant d’enlever son gros museau proéminent du box. Et même, elle se rapprochait la tête pour tenter d’avoir une meilleure position de caresses intensives, ce qui me fit bien rire. Elle et les autres. Elle adorait rencontrer du nouveau monde, surtout s’ils étaient pour s’occuper d’elle en la caressant !

      « Tu es nouvelle, n’est-ce pas ? L’école est grande, mais je ne t’ai jamais vue par ici. »


    Enfin, ce n’était que de la déduction. Son cheval aussi ne m’était pas familier, alors ça devait être pour cette raison. M’enfin, je ne savais pas vraiment. Il arrive d’avoir la tête ailleurs, des fois.

      « Nous étions sur le point d’aller marcher dans le sentier près du ruisseau, dans la forêt. Si tu veux nous accompagner… Je n’y vois pas de mal, ça me ferait même plaisir. C’est l’automne, les paysages sont merveilleux, par ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hana Eun Kwon
Régulier



Messages : 11
Date d'inscription : 12/12/2010

MessageSujet: Re: Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer   Sam 25 Déc - 10:30

Perle, voila donc son petit nom. A vrai dire, ca lui allait très bien. J'aimais bien les noms à signification, et celui la en faisait parti c'était une perle rare parmi les autres chevaux de par sa robe, et certainement le trésor le plus précieux pour sa propriétaire, du moins c'était ce que je resentais pour Dreamer.

"Ca te va bien ma belle" murmurais-je à la jolie jument palomino, tout en la carressant sous le toupet. Elle semblait l'apprécier, vu qu'elle tentait de s'approcher encore plus. AH les câlins... La plupart des chevaux aimaient ca. Quand à toi, j'adorais tout simplement leur en faire. En tout cas, vu la réaction de la jument, elle semblait être en confianc en totale envers les humains. Si elle aurait fait de mauvaises expériences, elle n'aurait certainement pas réagi comme ca.
Je souriais à la question de la jeune femme. Ca pour être nouvelle, je l'étais! Cela faisait à peine 24h que j'étais à l'école, d'ailleurs j'en avais pas encore vu grand chose excepté les écuries, qui étaient de loin l'endroit le plus important.

"Je suis arrivée hier, avant j'étais à New York"

La bas aussi mon père m'avait envoyé à une école privée, de toute façon, je ne connaissait que ca. Mais aucune n'avait été aussi préstigieuse que celle où j'étais maintenant.
Faire une petite promenade, c'était tentant. Dreamer n'était arrivé que hier, je préferais donc ne pas encor le monter et lui laisser quelques jours pour s'habituer au nouvel entrainement avant de le faire travailler, mais se dégourdir un peu les pattes lui ferait certainement du bien. D'autant plus que ca me permettrait de visiter un peu les environs sans risquer de me perdre. Parce que moi et le sens d'orientation, ca en faisait deux .

"Je veux bien, j'ai pas encore eu le temps de visiter les environs... J'ai habité trop longtemps dans des métropoles, voir un peu de verdure me fera du bien"

Surtout que j'appréciais notre discussion, après tout on avait un point commun: toutes les deux on aimait les chevaux. J'attrapais le licol en cuir marron de Dreamer par dessus la porte du box.

"Ca fait longtemps que tu es ici?"

Je n'étais comme d'habitude pas très douée pour faire la conversation... Tout en écoutant sa réponse, je passais rapidement le licol au petit étalon.

"Et voilà, on est prêts"

Dreamer me suivit jusqu'à la porte du box, la bouche pleine de foin, ce qui me fit sourire.

"Il a pris ces provisions pour la route^^"

Gourmand? Mon petit Dreamer? Pas du tout *ironique*

[Desolée pour le retard...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kayla A. Flame
Intello



Messages : 12
Date d'inscription : 16/12/2010

Petit Plus
Âge: 18 ans

MessageSujet: Re: Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer   Lun 27 Déc - 22:03

    Voilà, une autre nouvelle dans l’école. Je la plaignais un peu, Storm n’était pas vraiment la meilleure place à aller, si on parlait de l’ambiance normale qu’elle apportait à journée longue. Elle était donc arrivée hier, et de loin ! New-York… Wow. Je n’étais jamais allée là-bas. J’avais voyagé dans plusieurs pays d’Europe, surtout en Norvège, là où ma mère habitait, mais jamais en Amérique. Enfin, pas encore. Peut-être y irais-je un jour. Je ne pus m’empêcher de lui faire remarquer ce petit détail.

      « New York ! Wouah, tu nous arrives de loin ! » Plaisantais-je avec un petit sourire.


    C’était bien de voir la diversité qu’accordait Storm, quand même, dans une certaine mesure. Les gens en général ici étaient biens. Si l’on ne parle pas des Gardens et des F4, ceci dit. J’avais l’intention de lui parler un peu de cette hiérarchie qui régnait dans l’école. La tenir au courant serait évidemment une bonne chose… Enfin, il faut l’espérer. Tenir au courant est toujours mieux que de plonger quelqu’un dans le doute le plus complet. Elle répondit alors à ma question pour ce qui était d’aller se balader dehors. Je fus bien heureuse de sa réponse, en effet. Elle voulait bien venir. Je fis un petit sourire, une nouvelle fois. Sourire était une des choses que je faisais le plus, alors il n’était pas étonnant que j’en fasse presque aux trois secondes quand quelque-chose me ravissait !


      « Super. J’attends, alors. »


    Elle laissait sous-entendre dans sa phrase qu’elle avait beaucoup voyagé. Ce n’est quand même pas rien, de voir toutes sortes de cultures différentes, en plus de toutes les métropoles que le monde pouvait bien avoir ! C’était bien spécial.


      « Oh, je suis ici depuis l’année dernière, seulement. Ça ne fait pas très longtemps ! »


    Je me retournais quelques secondes vers ma belle jument, qui, patiente, ne faisait que regarder intensément ce qui se passait tout autour, tandis que d’autres chevaux aux alentours hennissaient paisiblement dans leur box sans leurs maîtres. Si je pouvais, je crois que je les emmènerais tous en ballade. Cependant, je ne les connaissais pas, ce qui ne m’aidait pas du tout dans ce genre de cheminement. Je ne voulais pas du tout attirer les foudres de leur propriétaire, aussi. Autant s’abstenir, ce sera beaucoup mieux de cette manière-là, moi je dis ! Je flattais tout doucement le poil de mon équidé, qui succombait à ces caresses, comme à son habitude.

      « Nous ne serons pas toutes seules, cette fois, Perle. C’est super, tu ne trouves pas ? »


    Je la flattais encore quelque temps, heureuse du fait d’avoir de la compagnie, quelqu’un avec qui parler. J’étais sociable, quoi. Je me retournais au moment où la jeune femme finissait de poser le licol à son cheval et me disait qu’elle était prête. Son cheval, quant à lui, semblait prendre des provisions pour la route, ce qui me fit bien rire.

      « Bon, alors, allons-y ! »


    Sur ces paroles, je m’enlevais du chemin pour me mettre à marcher vers la porte de l’écurie, sachant assez bien que Hana devait me suivre avec son cheval. J’entendais plusieurs sabots qui me démontraient que non, je n’avais aucunement tord. En sortant, je l’attendis, et par la suite, c’est côte à côte, avec nos chevaux, que nous marchions. Perle suivait sans trop broncher. Pas besoin de beaucoup d’accessoires, pour celle-là. Elle adorait aller se promener, aussi, alors pourquoi aurait-elle voulu se débarrasser de nous ?

      « Le sentier est plus loin par là. » Dis-je, en pointant une direction plus loin de l’écurie, où une petite ouverture s’ouvrait.


    On se dirigeait tout simplement par-là. Dans quelques secondes, nous rentrerions dans la forêt et nous pourrions voir les arbres et sentir l’odeur de l’automne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hana Eun Kwon
Régulier



Messages : 11
Date d'inscription : 12/12/2010

MessageSujet: Re: Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer   Jeu 30 Déc - 8:19

En effet, je venais de loin, très loin. Ma vie avait toujors été composé de voyages, j'aimais ca d'un côté, découvrir de nouveaux endroits, mais de l'autre côté je voulais que ca s'arrete, qu'on se pose enfin à en endroit... Je sais, c'est un sentiment bizarre pour une fille de mon âge, époque de la vie où en général on rêvait de voyager. Mais que dire, je n'étais pas comme toutes les autres, du moins sur ce point. Mais l'avantage était que je m'habituais très rapidement aux nouveaux endroits.
Un an qu'elle était ici... Pour elle c'était peut être pas très long, mais pour quelqu'un comme moi qui était habituée à demenager toutes les quelques années, à ne jamais rester au même endroit plus de 4 ou 5 ans, c'était presqu'une éternité. Je laissais échapper un rire amusé.

"Je suppose que ca dépend du point de vue... Je ne suis jamais resté plus de 5 ans au même endroit, alors un an c'est long ^^"

Je sortais du box avec Dreamer en me méfiant, qui sait quel idée allait encore lui passer dans la tête. Mais Monsieur avait décidé de jouer au cheval très bien éduqué et me lancait un regard du genre "Quoi? Moi ne pas être sage? Quelle offense". Enfin, c'est ce que j'interpretais en tout cas en voyant son regard mâlin. Il attendait sans doute un moment où je serais distraite, histoire que ca ait plus d'effet.

Je suivais Kayla et Perle, tout en laissant la longe longue pour que mon petit étalon puisse regarder tous les autres. D'ailleurs le faire marcher dans les écuries était toujours une histoire... Aparemment, mon cheval devait être de nature extremement poli ou crâneur, voir des deux, car il hénissait souvent en direction des autres chevaux. Sans doute sa façon de dire bonjours. Je le regardais amusée à se pavaner, queue en panache, dans l'allée principale.

"Ah, les hommes, tous pareils... Toujours à vouloir impressionner"

Je regardais Kayla quand elle me pointait la direction du sentier. Est ce qu'elle avait changé d'avis et voulait se débarasser de nous? Non, ca n'avait pas l'air. Peu après, on penetra un joli petite forêt. Rien de mieux que l'odeur des feuilles pour une fille de la ville comme moi. On marcha quelque temps en silence, n'entendant que les animaux de la foret et le bruit des sabot de nos chevaux. J'aurais pu continuer ainsi pendant longtemps, mais je ne voulais pas paraître mal polie, de plus j'avais pas mal de questions, elle allait peut être pouvoir répondre à quelques unes?

"Je peux te demander quelques chose?" C'est qui c'est fameux F4? Pourquoi tout le monde semble avoir per d'eux?"

J'avais beau n'être arrivée que la veille, j'avais déjà remarqué que tout le monde semblait avoir peur de ce que je jugeais être un groupe d'élèves qu'ils appelaient le F4. Mais je n'avais aucune idée qui ils étaient, ni ce que signifiait F4. Bon, le 4 voulait sans doute dire qu'ils étaient 4, très ingénieux, mais le F... Et puis, comment u si petit groupe pouvait faire peur à autant d'élèves? C'est ce qu'ils pouvaient bien avoir de spécial?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kayla A. Flame
Intello



Messages : 12
Date d'inscription : 16/12/2010

Petit Plus
Âge: 18 ans

MessageSujet: Re: Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer   Dim 2 Jan - 21:41

    Nous entrions alors dans le sentier. Depuis mes dernières paroles, tout avait été totalement silencieux. Comme si seule notre présence suffisait, sans trop de paroles, à passer un bon moment. La forêt était très calme. Aucun bruit extérieur. Seulement celui de quelques oiseaux passagers, du vent dans les feuilles et du petit ruisseau murmurant un peu plus loin entre les arbres qui cachaient la vue. Le sentier du ruisseau était toujours très calme. J’avais hâte d’y arriver. Les chevaux adoraient s’abreuver dans la clairière qui était juste un peu plus loin, là où le ruisseau devenait un peu plus imposant, d’environ un bon trois mètres de grosseur Le sentier était assez gros pour nous permettre d’être côte à côte, nos chevaux à côté de nous. Perle marchait docilement sans trop demander son reste. Elle semblait paisible. Bah, tout comme moi, elle adorait la compagnie, alors je ne vois pas pourquoi elle s’en plaindrait de sitôt ! Je regardais autour de moi, dans ce silence infini, le paysage d’automne. Les feuilles étaient tous de couleurs chaudes entraînantes, tellement magnifiques. La senteur des arbres et le craquement des feuilles sous nos pieds, le doux bruit de la respiration des chevaux qui marchaient, leur pas entraînant. Mon regard vert se posait sur presque tout ce qu’il pouvait toucher. Des feuilles tombaient ici et là dans une cadence douce et dansante.

    Ce fut ainsi durant plusieurs minutes, tout ce calme. Je ne voulais pas vraiment parler, je ne sais pas trop pour elle. On dirait que la sérénité était assez pour apaiser d’une certaine manière. J’avais beaucoup de choses sur la pensée. Elle était nouvelle. Elle se devait de savoir des trucs sur ce qui se passait ici. Je connaissais beaucoup de gens biens à Storm, alors je tenterais de faire en sorte qu’elle ne soit pas mise dans le pétrin en faisant face à des Gardens ou en fraternisant avec eux. Tout ce qu’ils pourraient faire serait de la ridiculiser en l’emmenant dans un jeu sinistre et vraiment pas très catholique. En tant qu’intello, je connaissais leur chanson et j’étais souvent cible de leurs malheurs. J’étais sensible, je croulais rapidement devant leurs menaces ou leurs insultes. Ce n’était pas une chose très marrante. Nous étions rendues assez loin dans la forêt. La clairière ne serait plus très loin d’ici, maintenant. Je regardais devant moi avec un regard plus pensif, mon sourire ayant disparu, perdue dans ses pensées plutôt sinistres. Je n’osais pas penser aux rois de l’école. J’avais un peu peur de quelques trucs que je pourrais aborder, autant garder cela pour un peu plus tard. Je m’étais dis que je devrais plutôt commencer par la hiérarchie. La place de chaque groupe dans l’école.

    Cependant, c’est elle qui, avant moi, aborda ce sujet.

    Je soupirais avant de retourner mon regard sur elle, avec un air désolé. Les F4, ces rois. Ceux qui contrôlaient tout ici. Peut-être que cette école était prestigieuse, qu’elle avait les meilleurs professeurs et tout, mais jamais elle n’aurait dû être inscrite ici. Il fallait être fort pour pouvoir les endurer. Je me lançais alors, prenant une grande respiration, regardant de gauche à droite, avant de prendre une bonne inspiration.


      « Les F4… Sont les rois de cette école, en quelque sorte. Depuis leur arrivée ici, ils terrorisent tout le monde. Leur but premier, c’est ça. C’est d’avoir le respect de tout le monde. Si quelqu’un ose les défier… Il se ramasse avec un carton rouge. »


    Je fis un geste signifiant clairement que celui-ci était bien affiché.

      « Ceux qui recoivent un carton rouge sont ridiculisés par tous les élèves. Je ne me souviens pas d’une personne ayant duré plus de deux semaines sous leurs menaces. Tu dois comprendre que tout le monde a peur d’eux pour une bonne raison. Si on leur désobéit, ils peuvent facilement ruiner nos familles d’un seul coup. »


    Mes trois derniers mots furent accompagnés d’un claquement de doigt sonore.

      « Ils ont aussi des ‘soldats’. Ce sont les Garden Boys et les Garden Girls. Ne t’approche pas d’eux. Ils sont superficiels et ne veulent que la perte des autres. Ils ne pensent qu’à ça. La popularité. Nous ne sommes que des déchets pour eux. »


    Je m’arrêtais un court moment de parler, continuant de marcher dans les bois en portant une attention devant moi. Nous étions maintenant arrivées à la clairière. Je laissais Perle se rendre devant le ruisseau. Elle avait soif et ça lui ferait du bien. Sûrement que Dreamer la suivrait bientôt. Je soupirais une nouvelle fois, posant mon regard un petit moment sur le sol avant de le remonter sur Hana.

      « F4 tient pour Flower 4. Tu vois, c’est un peu relié au nom de l’école. Ils sont les quatre fleurs du jardin des tempêtes. Il y a, en ordre, le plus important, Alexander Grayson, le cerveau, William Jones, le…Pervers, Joshua Scott… Et… »


    Encore, je me sentais devenir toute bizarre juste à prononcer son nom. Je pris une respiration. Allez, tente de ne pas rougir, Kayla, ce n’est pas le moment.

      « Harris. » Prononçais-je, un peu plus bas que les autres. « Harris Steeven. »


    Je détournais le regard. Je ne rougissais pas, enfin, pas encore, mais je ne voulais pas qu’elle voit mon visage changeant. Mon cœur battait la chamade. Je faisais mine de regarder les chevaux au loin. Au moins comme ça je passais un peu inaperçu. Enfin, j’espérais. Autant continuer de parler. Ne pas laisser ça où c’était.


      « …ouais. Tente de ne pas trop t’approcher et de te faire discrète. Ça devrait bien aller. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dreamer... Ou comment ne pas s'ennuyer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Storm Garden :: Campus :: Les écuries-
Sauter vers: