Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 À la recherche d'inspiration | Abby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Mikayla R. Blackmeadow
Artiste



Messages : 25
Date d'inscription : 17/10/2009

Petit Plus
Âge: 19 ans

MessageSujet: À la recherche d'inspiration | Abby   Mer 9 Fév - 16:03

    DÉBUT OCTOBRE 2010 | PARC DE LA VILLE


    Quelle belle journée. Vraiment, je ne sais pas ce qui me prend de rester à l’intérieur, là, devant les grandes fenêtres du manoir de mon Grand-Père, le coude sur le bras du sofa, la tête dans ma main, à regarder doucement ces nombreuses feuilles colorées tomber dehors dans ce paysage automnal totalement magnifique, majestueux et quelque peu différent de ces dernières semaines. Je ne sais pas... il n’est pas très tôt, environ une heure de l’après midi, mais j’aurais juste envie que la journée passe. Je m’ennuie. De Dylan, des gens autour de moi, de tout le monde. Ouais, de tout le monde. J’aurais envie de retourner un peu en arrière et le voir, mais aujourd’hui, mine de rien, il est occupé et je ne peux même pas aller lui passer un petit coucou. Je me demande bien ce qu’il fait, à cette heure... peut-être est-il avec son cousin. Ou peut-être avec une fille ? Avec un pincement au cœur, je tentais de ne pas penser à cette option et à la chasser de mon esprit. Je l’aurais su... non ? C’est mon meilleur ami, après tout... Ouais. Je l’aurais su. Enfin, j’espère. Je soupirais une nouvelle fois, peut-être la troisième fois en dix minutes, avant de me décider à me lever de mon grand sofa. J’avais envie de sortir dehors, mais pour faire quoi ? Cela restait un grand mystère et je ne savais pas trop où il allait me mener. J’étais assez fatiguée, je crois, de tourner en rond, même si tourner en rond dans ce grand manoir pouvait prendre un bon dix minutes non-stop. Et dire que Dylan, après quelques années, n’était jamais encore venu ici. C’était toujours moi qui me déplaçait, habituellement... Voilà pourquoi.

    J’avais vraiment envie de sortir. C’était comme si l’immensité de l’endroit m’ensevelissait derrière une grande couverture étouffante. Pour tout dire, je n’en pouvais tout simplement plus de me sentir autant seule et renfermée. D’accord, il fallait que je me trouve quelque-chose à faire, mais je trouverais bien. Je montais donc en haut, affrontant une nouvelle fois ma chambre et son côté solitaire, afin d’aller chercher des vêtements propres. Ouais. J’étais toujours en pyjama, la belle vie, quoi. Après avoir tout pris, ressortant de ma chambre en trombe, je passais devant le miroir et arrêtais quelques secondes pour me regarder. Sortit de mon organisme et de la barrière de mes lèvres un petit murmure de dégoût tandis que ma main libre rehaussait mes cheveux. Décidément... Il fallait que je les lave. Je soupirais avant de me rendre dans la grande salle de bain pour enfin prendre ma douche. Je me douchais rapidement, prenant cependant le temps de bien me laver, de faire de même avec mes cheveux et tout le reste. S’en suivit par la suite une séance de séchage de cheveux intensif, de je-me-bat-encore-contre-la-brosse et de tout le reste avant que je ne me décide enfin de tenter de trouver quoi faire dehors. Je passais doucement dans le manoir avec un regard incertain, hésitant. Le piano à queue posté dans le grand salon semblait m’appeler, mais je refusais ses qualités. Je n’avais pas envie de composer. Enfin... Pas maintenant.

    Puis, sur le dos du piano, je remarquais quelque-chose qui accrocha mon œil : Mon sac. Aussitôt, j’eus une de ces idées brillantes qu’on a qu’une fois dans sa vie – nan je rigole, mais bon. Un grand sourire se forma sur mes lèvres tandis que je murmurais une petite phrase d’approbation à moi-même, prenant mon sac d’une main et me dirigeant vers la cuisine. J’en sortis une tasse – une tasse que mon frère m’avait donné pour mon anniversaire, l’année dernière, où figurait plusieurs motifs. Elle était assez large et c’est ce qui faisait son charme. J’en rajoutais une deuxième aussi à côté de la première, Dieu sait pourquoi. Juste au cas de la briser, sûrement. À côté de celle-ci, que je mettais dans mon sac, je prenais un thermos et j’allais vers la machine à café. En quelques secondes seulement, j’arrivais à avoir un bon chocolat chaud qui semblait totalement excellent et qui sentait super bon. Je humais doucement l’air avec un grand sourire avant de vider le contenu dans le thermos, refermant le couvercle et amenant le tout, n’oubliant pas quelques petits suppléments, avec moi. Dix minutes plus tard, j’étais sortie dehors et me dirigeait vers le parc, près de chez moi.

    Après quelques minutes encore, j’étais arrivée à destination et je m’assoyais doucement sur un banc, sortant de mon sac ce thermos et cette tasse que j’avais apportée. Je ne sais pas trop ce qui m’avait pris, mais bon, on ne peut plus reculer maintenant. Sur le banc, je plaçais la tasse et je laissais vider le liquide chaud à l’intérieur. Je mettais alors deux guimauves à l’intérieur de la tasse avant de soupirer, un grand sourire au visage. Je soufflais doucement sur la vapeur chaude virevoltant dans l’atmosphère, me laissant emporter par l’odeur, fermant les yeux. Il faisait un peu froid, mais j’étais paisible, rouvrant les yeux et regardant les feuille tomber dans une danse magistrale, magique, majestueuse. Je m’arrêtais sur les arbres, les feuilles tombées, les autres bancs, vides. Comme une nature morte. Tout semblait resplendir d’une douce teinte blanchâtre, un voile de lumière ambiante sous le soleil et les quelques nuages. Les jambes se serrant, les genoux collés, le dos contre le dossier du banc, j’appréciais la tasse de chocolat brûlant entre mes mains, sa chaleur se diffusant en elle et me réchauffant. Pendant quelques secondes, mon attention, ce regard d’une teinte de brun/vert étrangement inhabituelle, était rivée vers ces deux petites guimauves qui rentraient en collision avec les rebords de la tasse. J’en buvais une gorgée qui raviva la chaleur de mon corps et je soupirais de bien-être. Je me faisais un croquis mental de ce que je voyais – des bancs remplis de feuilles, des arbres, des passants. Une petite brise glacée se levait. Mon écharpe rouge cerise attrapait le vent et se laissait doucement animer. C’était un paysage magnifique qui s’offrait à mes yeux, urbain et même un peu campagnard, naturel, sous cette couche de feuilles de toutes les couleurs chaudes. Je buvais une nouvelle gorgée de mon chocolat, déposant la tasse à mes cotés pour rouvrir mon sac, y sortant un calepin à dessins. Je détachais un crayon de celui-ci et l’ouvrais, redécouvrant plusieurs sketchs et dessins que j’avais fait au cours des années. Je prenais mon crayon, et, d’une main d’experte, je me mettais à dessiner, traçant des lignes sur le papier blanc comme de la neige. Je traçais les feuilles, les arbres, les bancs et les lampadaires éteints à la lueur du jour. Finalement, j’avais trouvé mon inspiration et on pouvait dire que ça me réjouissait.

    J’entendis des pas après quelques minutes, prise dans mon dessin, buvant de temps en temps quelques gorgées du liquide toujours aussi brûlant. Une jeune femme vint s’asseoir à côté de moi. Je relevais la tête et lui faisais un petit sourire pour la saluer.

_________________


We were all so undone that we couldn't think of one... My eyes won't seem to close, I don't want to see it go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Abby-Gaëlle Moreau
Intello



Messages : 13
Date d'inscription : 04/02/2011
Localisation : Sur la Terre ;)

Petit Plus
Âge: 17

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Mer 9 Fév - 17:28

La journée avait débuté comme d’habitude. J’avais avalé un petit-déjeuner copieux et avais pris rapidement ma douche. Rien de bien spécial quoi. Je n’avais envie de rien ce matin là. Je lu pendant presque toute l’avant-midi. (Et oui, je me surprends moi-même !) Je pris un repas rapide n’ayant pas particulièrement faim. Bref, l’avant-midi avait passé assez rapidement. Je regardai par la fenêtre et m’aperçue que le temps était clément. Je décidai d’aller dehors, mais ne savais pas trop où aller. Je commençai par m’habiller et mis mon manteau, mon foulard, mon chapeau (qui me fait à ravir soit-dit en passant) et mes nouvelles bottes que j’aimais particulièrement. J’allais oublier de prendre mon sac et je me le rappelai juste à temps. J’y glissai mon livre ainsi qu’un parapluie. (On ne sait jamais !)

Je venais tout juste de sortir de la résidence quand les doux rayons du soleil caressèrent mon visage. Le vent faisait virevolter les feuilles colorées. C’était un bel après-midi. Il était à peine 13h30. Je décidai de marcher un peu dans la forêt. Le vent n’était pas trop fort, mais il ébouriffait mes cheveux malgré mon chapeau. Je marchais d’un pas léger la tête dans les nuages. C’était une très belle journée d’octobre. Je pensais à tout et à rien en même temps. Octobre…Le mot résonna dans ma tête. La fête de Martin (mon frère) aurait lieu dans une semaine. Je me mis à réfléchir à une idée de cadeau, quand je m’aperçue que je m’étais plus enfoncée dans la forêt que je ne le pensais. Je fis demi-tour et décidai d’aller au parc de la ville.

Une fois arrivée au parc, je me cherchai un banc ou m’asseoir afin de lire mon livre. C’est alors que je vis une fille que je croyais avoir déjà vu à l’école assise sur un banc, seule. Je m’approchai et me confirmai à moi-même l’avoir déjà vu. Moi qui n’est habituellement pas très sociale, je m’étonnai lorsque je me dirigeai vers elle et m’assis à ses côtés. Elle dessinait. Très bien même. Elle me sourit comme pour me saluer et je fis pareil. Je me mis à babiller comme à chaque fois que je suis en présence d’un inconnu.

« Salut ! Je crois que nous nous sommes déjà croisé à l’école. Tu vas bien à Storm Garden non ? Ah au fait tu dessine vraiment bien ! »

Je détournai le regard, gênée. Non mais quelle idiote je suis ! C’est une super bonne première impression que je viens de lui donner. Non mais ! Je dois vraiment apprendre à controler mon babillage !

Je la vis se tourner vers moi du coin de l’œil. Ne sachant pas trop quoi faire, je la regardais timidement.


Dernière édition par Abby-Gaëlle Moreau le Jeu 10 Fév - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mikayla R. Blackmeadow
Artiste



Messages : 25
Date d'inscription : 17/10/2009

Petit Plus
Âge: 19 ans

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Mer 9 Fév - 21:11

    Elle semblait bien gentille, cette petite blonde. Je croyais l’avoir déjà vu à Storm Garden, enfin, elle me disait quelque-chose et j’étais certaine de ne pas me tromper. Je continuais cependant de dessiner après le sourire que je lui avais donné, le sketch se raffinant doucement. J’avais l’intention de faire ce paysage en peinture. L’automne était un beau sujet, à ce que je dise. Mais bon, la jeune fille m’intriguait un peu. Il y avait beaucoup d’autres bancs et ce n’était certainement pas juste pour s’asseoir qu’elle était venue ici. Sûrement voulait-elle converser. D’après le premier regard que je lui avais donné, elle devait être une jeune femme de deux ou trois ans de moins que moi. Elle n’avait pas l’air d’une Garden Girl, semblait gentille. Enfin, c’était une première impression, je ne pouvais pas vraiment me faire d’idée précise juste avec ça, mais souvent, les expressions faciales parlaient beaucoup, surtout pour quelqu’un qui était habile à les dessiner. Pas pour me vanter, non... Mais c’est juste une habitude. Elle semblait quelqu’un de joyeux mais de pourtant gêné, agréable à avoir comme amie, juste avec ce sourire et ce petit pétillement que je voyais dans ses yeux. Ça ne trompe pas, habituellement, ces petits trucs-là. Enfin. Je me demande bien quand ça peut tromper, en fait.

    Elle se mettait alors à parler, peu de temps après cette analyse brève, et je relevais la tête après avoir fait une nouvelle ligne sur mon dessin, pour l’entendre. Elle parlait l’anglais avec un fort accent que je reconnus très facilement et qui me fit sourire instantanément. La journée n’allait pas être si terrible, après tout ! Avant de répondre à n’importe laquelle de ses questions, tout de suite après l’avoir entendu parler comme cela, je m’exprimais d’une voix joyeuse, dans un anglais poussé, pour lui répondre.


      « Oh, mais tu es Française ! » Évidemment, son accent ne mentait pas. Je continuais avec une phrase en français, avec mon accent Québécois, cependant. « Merci, pour le dessin ! Ce n’est qu’un petit sketch, par contre... Et oui, tu m’as bien croisé à Storm Garden, je suis une Artiste là-bas. »


    Je lui souriais une autre fois. Rares étaient les fois où je rencontrais quelqu’un qui parlait ma deuxième langue maternelle, soit le Français, quoique le mien était un peu différent du sien. Ce n’était pas grave, cependant, je pouvais parler en langue littéraire assez facilement grâce à mon talent en écriture, du coup elle n’aurait pas de mal à me comprendre. Enfin, je l’espérais. Je lui fis un nouveau sourire avant de reprendre une gorgée de mon lait au chocolat. Je ressortis le thermos et une autre tasse – finalement, elle allait m’être utile, celle-là ! – avant de la tendre à ma nouvelle connaissance de la journée.

      « Tu veux un peu de chocolat ? J’en ai amené plus au cas où. Au fait, je m’appelle Mikayla Blackmeadow. Enchantée de te rencontrer ! »


    Elle semblait assez timide, aussi. Il fallait bien que je tente quelque-chose pour la dégêner. je crois que de lui offrir une tasse était un bon moyen. Elle semblait juste un peu déboussolée par le fait qu'elle ait parlé si vite. Ça ne me faisait pas de mal, je n'allais pas la rejeter pour autant ! Elle semblait bien gentille, aussi... Donc, rien à signaler, pour l'instant.

_________________


We were all so undone that we couldn't think of one... My eyes won't seem to close, I don't want to see it go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Abby-Gaëlle Moreau
Intello



Messages : 13
Date d'inscription : 04/02/2011
Localisation : Sur la Terre ;)

Petit Plus
Âge: 17

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Ven 11 Fév - 17:10

J’étais ravie en constatant que mon babillage ne semblait pas l’avoir dérangé et bien loin de là. Elle me répondit l’air joyeuse et je fus surprise de l’entendre me répondre en français, cette langue que j’aimais tant mais que je n’avais pas souvent la possibilité de parler. Elle avait reconnu mon accent. Elle n’était pourtant pas de France. J’en étais certaine. Elle avait elle aussi un accent, mais pas de France. Il était québécois je crois. Je le reconnu tant bien que mal grâce au séjour en famille que j’avais passé au Québec il y a de ça quelques années.

« Oh ! Tu parles Français ! Mais toi tu es Québécoise non ? »

Je ne pus cacher mon enthousiasme, ce qui ne semblait pas la déranger non plus.

« Et oui je prendrais bien un peu de chocolat, merci. Je m’appelle Abby-Gaëlle Moreau et je suis une Intello. Je suis ravi de te rencontrer. »

Je lui souris en prenant la tasse qu’elle me tendait et la tenais fermement tandis qu’elle y versait le liquide encore bouillonnant. Elle me proposa des petites guimauves, mais je refusai poliment. Je n’ai jamais vraiment aimé la guimauve, c’est collant et on dirait que c’est élastique. De plus c’est bien trop sucré, après une j’ai mal au cœur. Je regardai ma tasse un peu perdue dans mon esprit et en prit finalement une gorgée. Je la remerciai de nouveau en lui disant que son breuvage était délicieux. J’étais tellement contente de parler français, que les moindres petits mots sortant de ma bouche sonnaient comme une douce mélodie. Cette mélodie me rappelait mon père et mon frère qui me manquaient terriblement. Ne sachant pas trop quoi dire, je la regardai continuer son dessin. Je trouvais l’art très intéressant et surtout très inspirant, bien que je n’aie pas vraiment de talent en la matière. Sauf bien sur pour l’écriture. Son crayon dansait sur le papier, et je m’émerveillai en voyant le paysage si parfaitement imiter sous ce même crayon. Je sortis mon livre et me mis à lire. Je buvais de petites gorgées de temps à autre et elles étaient aussi brulantes à chaque fois. Lorsque je prenais un gorgé, j’en profitais pour regarder son petit sketch comme elle l’avait appelé. Il était de plus en plus beau. Les détails s’ajoutaient un à la fois, j’étais impressionnée par son talent. Je voulais discuter avec elle mais je n’avais pas d’idée de sujet pour débuté une conversation. Je me mis à réfléchir, et j’arrêtai donc de lire. Je crois qu’elle le remarqua. Je pris mon chocolat et en but une grosse gorgé. Un peu trop je dois dire, car je me brûlai la langue. Zut ! Reste naturelle Abby ! Je reposai ma tasse et fis semblant de me replonger dans mon livre. Je réfléchissais encore à un sujet. Je ne suis pas vraiment une fille très sociale ce n’est donc pas mon fort de partir une conversation puisque je n’en commence jamais. Je ne trouvai aucune idée, malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mikayla R. Blackmeadow
Artiste



Messages : 25
Date d'inscription : 17/10/2009

Petit Plus
Âge: 19 ans

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Jeu 17 Fév - 19:55



      « Québécoise, si ! Bah, seulement à moitié, en fait. Mon père est British. »


    Je fis ma dernière parole en un accent fort anglais, seulement pour plaisanter, avant de rire un peu. Cette petite Française avait l’air très gentille, alors pourquoi pas ? Les touches de plaisanterie sont appréciées, habituellement, alors pas de problème avec ça. Il me faisait drôle, cependant, de parler de ma famille ainsi. Je l’évitais la plupart du temps, je n’aimais pas trop en parler. Ayant été élevée par mon grand-père, mes parents n’étaient pas une très grande part de mon existence. J’irais même à diure que ma famille, mis à part mon défunt grand-père, était morte, pour moi, depuis longtemps. Dans mon cœur, elle était oubliée. Bon, mon frère aîné fait aussi exception à cette valeureuse règle. Après tout, c’est avec lui et mon grand-père que j’ai tout appris. La preuve que ce n’est pas tous qui sont superficiels au point d’ignorer la petite dernière que j’étais… Bref. Je souriais à la jeune femme, retournant par la suite à mon dessin, désirant avoir ce croquis fini par la suite l’adapter sur une toile et en faire une belle peinture.

    J’anticipais faire quelque-chose de gros, mémorisant les couleurs chaudes des fleurs pour les remettre en peinture. Je buvais par la suite une autre gorgée. Je vis du coin de l’œil Abby-Gaëlle sortir un livre et se mettre à lire. Nous restâmes silencieuses pendant plusieurs minutes ainsi, sans rien dire, elle plongée dans son histoire, moi dans mon monde fantastique qu’était le dessin. Je finis par relever la tête de mon dessin, cependant, par la suite, car le silence semblait un peu pesant à endurer. Il régnait comme un drôle d’atmosphère. Autant faire plus ample connaissance, tant qu’on y est.


      « Tu es ici depuis longtemps ? Je ne crois pas t’avoir croisé dans les années précédentes. »


    Je continuais quelque peu de dessiner tout en portant attention à ce qu’elle me dirait.

      « Il fait bon aujourd’hui, c’est une belle journée pour être dehors. »


    Je fis un petit soupir en regardant pendant un petit moment le ciel. Elle semblait trop timide pour dire quoi que ce soit, la pauvre.

      « Alors, qu’est-ce qui t’amène ici, en cette belle journée ? »


    Je trouvais des moyens de parler, car elle ne semblait pas apte à faire les premier pas. Pas que c’était grave, au contraire, mais ça pouvait être gênant, d’être confronté à un long et horrible silence qui pesait sur ses frêles épaules de blondinette tandis que moi j’étais assez à l’aise pour dire n’importe quoi. J’allais la dégêner, j’en faisais ma devise. Il était rare de voir une française, et j’espérais qu’elle pouvait quand même me comprendre, malgré mon accent. Mis à part de Dylan, c’était rare que je pouvais m’exprimer en français, alors je prenais cette opportunité à fond. J’allais peut-être sortir des anglicismes et sortir des phrases en anglais par moments, mais quoi de plus normal ? Je fais ça au quotidien sans m’en rendre compte, alors, fallait espérer qu’elle était préparée à ce genre de trucs totalement bizarres que Dylan avait du plaisir à appeler le ‘Langage Mikky’, qui ressemblait à un Franglais poussé à l’extrême par moments…

_________________


We were all so undone that we couldn't think of one... My eyes won't seem to close, I don't want to see it go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Abby-Gaëlle Moreau
Intello



Messages : 13
Date d'inscription : 04/02/2011
Localisation : Sur la Terre ;)

Petit Plus
Âge: 17

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Lun 14 Mar - 19:17

J’essayai de répondre, mais en vain. Ma bouche aurait été figée que le résultat aurait été le même, j’en étais certaine. Pourquoi ces choses n’arrivent-elles qu’à moi ? Je pris une bonne respiration pour éviter de bégayer et lui répondit enfin.

« Euh… Non, c’est ma première année ici… »

Je répondis le plus normalement possible à sa première question, et essayai de me rappeler de la raison de ma promenade afin de répondre à la seconde. Je me souvins alors que la seule raison pour laquelle j’étais sortie, était celle qu’elle venait tout juste de mentionner.

« Oui, c’est vrai qu’il fait beau aujourd’hui, c’est exactement pour ça que je suis sortie. »

Je mis mon marque-page dans mon livre et le rangeai dans mon sac. Je crois qu’elle avait remarqué que j’étais timide (pas très difficile), car elle semblait vouloir m’aider à dialoguer. Elle était vraiment très sympathique cette québécoise. Pas que les autres québécois ne le soient pas, mais vous comprenez ce que je voulais dire. Je me mis alors à observer les alentours et aperçue trois écureuils qui jouaient ensemble. Ce spectacle lui remémora le temps où elle et ses deux frères jouaient à chat. C’était au temps où ils étaient encore deux…

Au même moment, une bourrasque emporta mon chapeau vers le ciel ébouriffant mes cheveux au passage, avant de le reposer quelques mètres plus loin. Je posai rapidement ma tasse et m’élançai au pas de courses pour atteindre mon couvre-chef avant que le vent ne le transporte encore plus loin. Je l’attrapai de justesse alors que la brise devenait rafale autour de moi. Les feuilles tourbillonnaient à mes pieds pendant que je secouais mon béret de laine pour éviter d’y retrouver des débris. Je me retournai et me rendis au banc. Je remarquai que Mikayla souriait, je crois qu’elle retenait un rire. Je regardais mon chapeau qui se trouvait dans mes mains, et le mis dans mon sac. Relevant la tête, j’éclatai de rire en me remémorant courir comme une godiche pour rattraper mon chapeau. À mon rire s’ajouta le sien. Quelle péripétie ! Sans me rasseoir, je pris mon sac et ma tasse tout en me ressaisissant de mon fou rire. Ayant retrouvé mon souffle, je lui adressai la parole.

« Tu veux marcher un peu ? De toute façon le vent doit te déranger, les feuilles de ton calepin n’arrêtent pas de bouger. »

J’avais remarquée ce détail lorsque je revenais triomphante avec mon fameux béret. Moi et mon incomparable chance ! J’arrive toujours à me mettre les pieds dans les plats !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mikayla R. Blackmeadow
Artiste



Messages : 25
Date d'inscription : 17/10/2009

Petit Plus
Âge: 19 ans

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Ven 18 Mar - 0:11

    Je lui souriais. Elle avait vraiment l’air timide, mais doucement, je sentais que sa gêne semblait repartir. Peut-être que ça pourrait prendre un peu de temps, qu’en sais-je, mais j’aimais toujours me faire de nouvelles copines, ou copains, c’est à voir. Pendant mes quelques minutes de dessin, j’avais réussi à finir ma tasse de chocolat. La chaleur qui descendait en moi était tout bonnement accueillante, rassurante. Un peu comme quand je suis emmitouflée dans mes couvertures à la manière d’un chat en boule. Je suis tellement bien dans ces couvertures… Ouais. De vieilles couvertures qui avaient appartenues jadis à mon grand-père. Je peux toujours un peu sentir sa présence et son odeur, même s’il n’est plus là. Je le sens qui veille sur moi. Je sens son regard bienveillant et son sourire. Je dessinais doucement sur la feuille, toujours ces mêmes lignes qui devenaient de plus en plus claires plus le temps avançait.

    Je regardais le ciel un petit moment. Et dire que malgré le fait qu’il était si loin, il pouvait aussi être si proche. La religion, je ne la suivais pas vraiment. En fait, je ne voulais pas vraiment suivre quoi que ce soit. Je suivais mes propres croyances et non celles dictées dans des livres. Enfin bref. Au fond, je savais qu’il était toujours quelque-part, peut-être bien au plus profond de mon cœur, même. Enfin, ça, c’était une certitude. Le temps était toujours aussi beau. J’entendis Abby’ dire que c’était pour cette raison qu’elle était sortie, justement. Elle répondait bien évidemment à ma question que je lui avais posée il y a peu. En effet, elle semblait beaucoup moins gênée. C’était mieux ainsi. Je n’avais pas vraiment un don pour enlever la gêne de quelqu’un, cependant, en faisant les premiers pas pour une conversation, ou en trouvant un sujet qu’on aime, c’est toujours plus facile. J’ai cru remarquer qu’elle aimait la lecture. J’allais justement y poser une question sur le livre qu’elle lisait, quand, tout à coup, un vent violent se mit à souffler et fit virevolter dans les airs le béret blanc de la Française. Celle-ci se leva d’un bond, surprise, tandis que moi, je regardais, stupéfiée, mes feuilles qui tentaient en vain de s’envoler tandis que je les retenais fermement.

    Le spectacle fut un peu comique. La jeune femme courait après son béret avec acharnement, cherchant à les rattraper sans pouvoir le faire pour autant. Elle revint quelque temps après, regardant mon air hilare. Je ris avec elle pendant un moment. Elle proposa d’aller se promener, amenant le point que mes feuilles n’allaient pas rester stables longtemps. Je lui fis un sourire.


      « Bien sûr. »


    Je repris mes tasses, mon cahier et mon crayon, fourra le tout dans mon sac, le mit sur mon dos. Nous nous mirent donc à marcher dans le ravissant paysage d’automne que j’avais tenté de reproduire. Je regardais un peu partout, sans trop savoir quoi dire, un peu prise dans mes pensées. Il se passa environ trois minutes avant que je n’ouvre une nouvelle fois de la bouche, pour dire …Pas grand-chose, en fait.

      « Alors, qu’est-ce qui t’amène à Storm Garden ? »


    Question banale. Mais je venais de la connaître. Sûrement irais-je plus loin dans les détails plus tard.

_________________


We were all so undone that we couldn't think of one... My eyes won't seem to close, I don't want to see it go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Abby-Gaëlle Moreau
Intello



Messages : 13
Date d'inscription : 04/02/2011
Localisation : Sur la Terre ;)

Petit Plus
Âge: 17

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Mar 22 Mar - 16:24

Nous marchions tranquillement et les feuilles mortes craquaient sous nos pas. J’ai toujours aimé ce bruit je ne sais pas trop pourquoi. Elle me demanda qu’est-ce qui m’amenais à Storm Garden je lui répondis donc. J’avais perdue ma gêne un peu grâce à l’évènement du chapeau. J’étais presque contente d’avoir failli perdre mon béret blanc préféré. Après tout, qu’est-ce que ça vaut comparée à une peut-être nouvelle amitié ?

« Mon père m’a offert l’inscription en cadeau pour mes 16 ans. Je suis donc arrivée en septembre. »

Je me rappelai alors à quel point mon père était ravi de me faire plaisir et de m’envoyer à l’école où je rêvais d’aller.

« J’étais impatiente de terminé l’année pour pouvoir venir ici. Je rêvais d’étudier à Storm Garden et m’y voilà enfin. Parfois, je n’arrive pas à croire que j’étudie dans une école aussi prestigieuse. »

Je lui sourie, gênée d’en dire plus que nécessaire. Ma gêne s’étant envolée, mon côté timide demeurait toujours présent. Je lui retournais donc sa question.

« Toi, qu’est-ce qui t’y a amené ? Depuis quand es-tu ici ? »

Le ciel c’était assombri un peu, et le vent se calmait tranquillement. Les arbres dansaient en rythme avec la brise. Nous croisâmes un couple qui se tenait par la main. L’automne. Quelle belle saison. Je trouve ça tellement romantique toutes ces teintes chaudes d’orangé et de rouge dans les arbres. Si je devais me marier, je voudrais me marier en automne sous les feuilles qui tombent. Je sais, je suis quelque peu nunuche, mais que voulez-vous ? Chaque fois que je venais à penser à l’amour, je me demandais si mon père rencontrerait quelqu’un d’autre avec qui il pourrait refaire sa vie. Peut-être ne pas avoir d’autres enfants, mais juste revivre l’amour. Et me revoilà encore perdue dans mes pensées. Il faut vraiment que j’arrête, ça devient gênant…

J’enfouis mes mains dans les poches de mon manteau quand je m’aperçue qu’elles étaient en train de gelée. Mes oreilles aussi gelaient. Je décidai donc de remettre mon béret. J’aime mieux perdre un chapeau qu’une oreille ! Mikayla ne semblait pas souffrir du froid elle. Je regardai ma montre et constatai qu’il était déjà 15h00. J’étais sortie à 13h30. Le temps peut passer tellement rapidement et lentement à la fois ! Pas que je m’ennuyais, mais bon, j’avais complètement perdue la notion du temps. En regardant ma montre j’eu un flash. Mon frère collectionnais les montres et étant tellement ponctuel, c’en était un blague entre lui et moi. Je venais de trouver ce que je lui donnerais pour sa fête. Il ne me restait plus qu’à lui en trouver une qu’il aimerait.

À ce moment, mon téléphone sonna et je regardai le numéro qui s’affichait et criai de joie en reconnaissant celui de mon père. Je m’excusai à Mikayla et répondit toute excité et curieuse à la fois. Il me parla sans but pendant deux minutes avant d’aborder le sujet de son appel. Il voulait que je lui rende visite samedi prochain car il avait une nouvelle à nous annoncer. Toute contente de me rendre en France, je raccrochai le sourire aux lèvres. Je me retournai alors vers elle et m’excusai à nouveau. Je n’arrivais pas à cacher ma joie. La semaine allait être longue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mikayla R. Blackmeadow
Artiste



Messages : 25
Date d'inscription : 17/10/2009

Petit Plus
Âge: 19 ans

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Dim 27 Mar - 1:19

    Nous voilà dans notre longue marche. Bon, longue, j’exagère. Il fait beau, malgré le vent frais et fort qui souffle. On commence une discussion, alors ça va, on parle, on jase, on apprend à connaître l’autre pour ce qu’il est. Je savais que j’allais sûrement la recroiser bientôt, à Storm, car elle était tout de même près, et ce n’est pas comme si elle était une de ces Gardens super prétentieuses que je tente à tout prix d’ignorer parce que… Vraiment… Elles n’ont rien à foutre de leur vie, ces putes. Bon, allez, je suis rude, mais qu’est-ce que vous voulez ? Je les déteste comme elles sont, celles-là, vraiment. Avec toutes les rumeurs qu’elles lancent, qui se répandent, avec leur foutue liste noire qui détruit des vies… Sans parler de ces foutus F4, han ! Eux, ce sont bien les pires dans les châtiments. Si je pouvais leur en donner un, de leurs cartons rouges stupides, je le ferais ! Cependant, j’aurais peur de perdre l’éducation que je tente d’avoir. Certes, il y a de nombreux problèmes, à Storm, avec eux, mais c’est tout de même la plus prestigieuse des écoles du monde. Abby semblait être de cet avis, elle qui voulait étudier ici, semblerait-il, depuis un moment. Je lui souris à ce moment.

      « Oh, oui, je vois. »


    Je la comprenais. Je voulais y aller, aussi, quand j’étais toute jeune. L’inscription m’avait transportée, quand je l’avais appris. Cependant, la manière aurait pu être discutable. Ce n’est pas en perdant un proche que j’aurais aimé savoir cela, faut s’entendre. Mon grand-père avait toujours été bon avec moi. Je soupirais une nouvelle fois. Il était parti beaucoup trop tôt à mon goût. Cependant, tout le monde a un temps, il est compté. Ce qui est parfois assez dommage quand on y pense, franchement. Mon regard se perdit une nouvelle fois dans le vide, avant de soupirer.

      « Pour ma part, c’était mon grand-père qui m’y a inscrit. Je rêvais d’y étudier depuis très longtemps, tu sais. C’était un peu comme un rêve que je venais de réaliser. »


    Je voulais voir Dylan, aujourd’hui, c’était vraiment dommage qu’il ne soit pas là. J’aurais bien aimé voir sa face d’imbécile, entendre de ces conneries. Il était toujours bon pour remonter le moral, de toutes les manières possibles. J’aurais aimé ne serait-ce que lui parler, peut-être même m’emmitoufler sur le canapé et écouter des films avec lui, dans la résidence, ou un truc comme ça. Jouer de la musique, aussi. Enfin, bref. Storm, c’était peut-être une école prestigieuse, certes, mais elle avait ses revers.

      « Tu as dû faire connaissance des F4, par contre. Et des Gardens. Il faut vraiment que tu leur fasses attention. Sûrement as-tu déjà été avertie à leur sujet. Il ne faut pas jouer avec eux, au risque de ta place au sein de l’école. Le meilleur conseil que je peux te donner, c’est de te faire discrète. Sans te faire remarquer, tu devrais passer inaperçu et ils te laisseront tranquille. »


    Mon regard changea quelque-peu. J’avais la tête ailleurs, vers Dylan, celui que j’aimais sans qu’il le sache, mon meilleur ami, après tout. C’était tout à fait normal. Je sursautai alors à une sonnerie de téléphone. C’était celui d’Abby qui sonnait. Elle parlait à quelqu’un, son père, à ce que je pus comprendre. Nous continuâmes à marcher pendant qu’elle parlait, jusqu’à ce qu’elle raccroche, un grand sourire aux lèvres, s’excusant de m’avoir interrompu. Je fis signe que ça ne me faisait rien, avant, avec un sourire, de lui poser une question.


      « Alors, alors ! Pourquoi tant d’excitation ? »

_________________


We were all so undone that we couldn't think of one... My eyes won't seem to close, I don't want to see it go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Abby-Gaëlle Moreau
Intello



Messages : 13
Date d'inscription : 04/02/2011
Localisation : Sur la Terre ;)

Petit Plus
Âge: 17

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Mer 4 Mai - 16:35

Avant que mon père ne m’appel, elle avait répondu à ma question et m’avait parlé des F4 et des Gardens. Mon appel maintenant terminé, je lui répondis. Après m’être excusée, bien entendu.

« Oui je sais, merci pour tes conseils. Kayla, ma compagne de chambre, m’avait déjà tout expliqué, mais de nouveaux conseils sont toujours appréciés. »

Je lui souris. Je me demandai que pouvait bien être la nouvelle si importante qu’il me fallait me rendre en France pour que mon père m’en fasse part. Bien que je cachais mal ma bonne humeur face à cet appel, je fus surprise qu’elle m’en parle. Où j’ai grandi, les gens ne cherchaient jamais à mettre leur nez dans les affaires des autres. Pas que je la trouvais curieuse ou impolie, pas du tout, mais j’étais simplement étonnée. Peut-être un peu curieuse, mais tant que ça ne fais pas de mal à personne c’est correct non ? J’étais quand même bien contente de partager mon excitation.

« C’était mon père au téléphone. Il est à la maison en France et il à une nouvelle à nous annoncer à mon frère et moi. Il va donc m’envoyer un billet d’avion pour Paris. C’est là où j’ai grandi. En plus c’est bientôt la fête à mon frère, alors je vais lui trouver un cadeau pour le lui donner samedi. J’ai vraiment hâte de revoir mon père, mais surtout Martin, mon frère. »

C’est en parlant ainsi, que je réalisai à quel point je m’ennuyais de mon grand frère. Il avait toujours été là pour moi, même dans les moments difficiles. Je l’aime tellement. Nous continuons de marcher sur le sentier couvert de feuilles mortes. Bizarre, le vent semblait s’être arrêté d’un coup. Toutes les feuilles tombèrent d’un coup au sol. Pas vraiment d’un coup, mais vous comprenez ce que je veux dire. Le sifflement des branches arrêta de ce fait et le silence commença à m’étouffer. Je décidai de le tuer avec une question.

« Tu habites dans la résidence des artistes ? »

Je replaçai mon sac sur mon épaule car il avait commencé à glisser.

« Moi je suis à la résidence des Intellos. Je trouve ça vraiment bien, c’est grand et confortable. Je m’y sens comme chez moi. »

Je ne savais pas vraiment où nous allions, mais elle, semblait le savoir. Je la suivais donc. Je regardai mes pieds piétiner les feuilles orange, rouges et jaunes et remarquai que nos pas étaient synchronisés. C’est une habitude que j’avais pris vers huit ans quand je marchais avec mes frères pour aller à l’école. Je le faisais maintenant sans m’en rendre compte. Je sentais maintenant le sang qui revenait dans mes doigts qui étaient frigorifiés il y a de ça quelques minutes. Le vent était frisquet, contente qu’il ait cessé. Je me sentais vraiment bien. J’avais envie de bouger et de courir partout. Je pouvais sentir l’énergie en moi jusque dans mes orteils. Ce devait être l’excitation, je suis plutôt calme normalement… Où peut-être le chocolat chaud… J’aime le sucre, mais ça ne me réussis pas très bien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mikayla R. Blackmeadow
Artiste



Messages : 25
Date d'inscription : 17/10/2009

Petit Plus
Âge: 19 ans

MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   Jeu 5 Mai - 14:27

    Kayla. Je ne sais pas trop pourquoi, mais ce nom me disait vaguement quelque-chose. Enfin, peut-être la connaissais-je, mais je ne sais pas vraiment. Je ne connaissais pas tout le monde dans le collège, loin de là, car il était tout bonnement bondé. Je connaissais certes quelques Artistes, car j’étais tout de même une de ceux-là, mais pour connaître tout le monde, là, il ne fallait pas exagérer. Bref, autant dire que je n’étais pas la plus sociable, non plus, mais que j’aimais tout de même être accompagnée. Bah, seulement deux ou trois personnes, mais pas une grande bande, là où on se perdait trop facilement. Ouais, beaucoup trop facilement. Elle me sourit, ce à quoi je répondis par un sourire à mon tour. Heureusement, elle avait déjà été informée par cette Kayla, à propos de tout ce qui se tramait. C’était une bonne nouvelle. Jamais il ne fallait se retrouver prisonnier de ces foutus F4. Eux qui se croyaient rois… Pfff… Il n’y avait tout simplement aucune raison. Ils étaient plutôt les perdants, même si tout le monde en avait peur. Si tout le monde décidait de se rebeller au même moment, ils crouleraient, tout simplement.

    Mais bon. Puisque personne ne voulait se rebeller, ça n’arriverait jamais.

    J’étais toujours bien curieuse, je l’avais toujours été, et c’était un peu pour ça que je me demandais bien pourquoi elle était si joyeuse, d’un coup. Certainement pas pour rentrer dans sa vie privée ou quoi que ce soit. Cependant, raconter ce que l’on aimait, n’était-ce pas toujours une plus grande source de joie ? C’est ainsi qu’elle me dit ce qui se préparait, qu’elle devait retourner chez elle pour une quelconque raison. Un sourire illumina alors mon visage à ce moment.


      « Oh ! Super, alors ! Paris… Wow. Je n’y suis jamais vraiment été. »


    Je me demandais bien, par contre, ce qu’elle faisait, avec une famille. La seule famille que j’avais vraiment eue, c’était mon frère. Si non… Mes parents, mon père… Je ne peux pas vraiment dire quoi que ce soit avec eux. Quelles ignobles choses. Ça devait être bien, n’empêche, d’avoir une vraie famille. Pas seulement que son frère et son grand-père. Même si j’étais heureuse. C’est ainsi que je me réjouissais pour elle. Nous continuâmes à marcher pendant un bon moment, silencieuses, avant qu’elle ne m’adresse une nouvelle fois la parole, tandis que moi, je me perdais un peu dans mes pensées, entre mon père et ma mère absents, entre mon grand-père décédé et mon frère, qui était assez loin pour le moment. J’eus un petit soupir et je la regardais, tentant de me concentrer sur ce qu’elle venait de me dire. Par la suite, elle me parlait de la résidence des Intellos, une résidence qui était tout proche. J’avais quelques amis qui y étaient, pas beaucoup mais quand même quelques-uns que j’aimais bien. Comprenant alors la question, je faisais un petit rire avant de me reprendre.

      « Je dois bien être une des rares artistes qui n’habitent pas à la résidence ! » Fis-je, rieuse. « En fait, j’habite tout près d’ici, j’ai une maison bien à moi. »


    Maison ? Bof, on parlait ici de manoir, mais avait-elle vraiment besoin de le savoir ? Mon grand-père me revenait à l’esprit et j’esquissais un sourire en pensant à lui. Il faisait si longtemps depuis qu’il était parti ! J’espère qu’il allait bien, là-haut. Je continuais de marcher. Peut-être allions-nous finir par arriver à ma maison, si nous continuions sur ce chemin..

_________________


We were all so undone that we couldn't think of one... My eyes won't seem to close, I don't want to see it go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À la recherche d'inspiration | Abby   

Revenir en haut Aller en bas
 

À la recherche d'inspiration | Abby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Storm Garden :: Partie Passé-
Sauter vers: