Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mikayla Blackmeadow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Mikayla R. Blackmeadow
Artiste



Messages : 25
Date d'inscription : 17/10/2009

Petit Plus
Âge: 19 ans

MessageSujet: Mikayla Blackmeadow   Dim 18 Oct - 0:10




MIKAYLA ROSE
BLACKMEADOW
feat : Sierra Kusterbeck



« So sun sweet… »




    Général.
♣ – ÂGE : 19 ans

DATE DE NAISSANCE : 20 octobre 1991

GRADE : Troisième année de collège

GROUPE : Artistes





Histoire.

Han… Quoi ? Son histoire ? En êtes-vous certain ? Vous voulez vraiment savoir tout ce que notre jeune femme a vécu jusqu’à maintenant ? Bon, d’accord, je vais vous le dire, mais ne faites pas une scène si elle est ennuyante ! Ce sera de votre faute, car vous êtes ceux qui voulaient savoir… Donc… Par où devrais-je commencer ? Autant commencer par le début, ce serait déjà mieux que d’y aller dans un désordre total sans suivre la chronologie, car si non, en plus d’être ennuyeuse, elle serait complètement incompréhensible, cette histoire !

Ses parents étaient des gens de classe moyenne, tout ce qu’il y a de plus banal et normal dans une famille Québécoise du temps. Le père venait d’Angleterre et était venu habiter au Québec pendant le début de sa vie d’adulte espérant se trouver un peu de travail, quoique son père et tout le reste de sa famille était resté là-bas. La mère, elle, était une pure Québécoise qui ne parlait anglais que quand elle y était obligée, ce qui n’était pratiquement jamais. Ah, que c’est beau ! Comme l’histoire de Roméo et Juliette, les deux opposés qui s’aiment comme des fous ! Bahhh… Le père savait parler français et avec son accent, ça avait tout de suite séduit le cœur de notre jolie Québécoise ! Ah, les accents… Bon, je passe. Les deux s’aimaient éperdument. Un amour sans loi et passionné, disons. Ils s’étaient rencontrés quelques années auparavant, à l’université tandis que les deux étudiaient dans un domaine qui était pourtant assez différent. Comment se sont-ils rencontrés ? Facile… Avec l’aide d’un ami du père, qui connaissait aussi la mère et qui a eu la brillante idée de les emmener tous les deux dîner. Enfin, ils se sont mariés à la fin de leurs études et se sont trouvé une maison, commençant dans leur métier tous les deux et continuant de s’aimer comme n’importe quel couple de leur jeune âge pouvait s’aimer. Ils anticipaient avoir une grande famille, ce qui était maintenant assez rare dans toutes les familles, il faut le dire franchement. Mais disons qu’ils avaient beaucoup de projets et qu’ils y tenaient assez.

Donc, après une année de vie commune, la jeune mère eut une nouvelle qui se révéla joyeuse pour tout le monde : Elle venait de tomber enceinte de son premier enfant. Tout le monde fit donc de son mieux pour que cet enfant vive dans les meilleures conditions qu’ils pouvaient offrir. Et c’est ainsi que naquit le premier enfant de la famille, un jeune garçon nommé Dean. Dean Blackmeadow. Le plus sage de la famille, et surement le seul qui le serait dans tout cela. Il était un jeune garçon intelligent qui avait la soif d’apprendre et un côté sensible. Pas un garçon normal. Au lieu d’aimer les camions, les Game-boys et les planches à roulettes, il aimait plutôt la musique et les livres. Mais bon, ce n’est pas sur lui qu’il faut s’attarder, bien au contraire. Mais il est un des éléments importants de cette histoire, donc il est simplement normal que je lui fasse une petite parenthèse…

Mais bon, passons. Après leur premier enfant, ils en eurent quatre autres, car ils en voulaient cinq. Tout de suite après Dean, deux ans après, est venue Katrina, une jeune fille avec de grands yeux noisette qui semblaient capricieux. Puis vint Sherwood, un jeune garçon qui semblait beaucoup plus ressemblant aux portraits des garçons turbulents que tout le monde aurait en tête. Il se prenait souvent la tête et tentait toujours de diriger tout le monde dès son jeune âge. Puis, après Sherwood, il y eut Saranna, trois ans après. Elle, elle était petite et assez renfermée, mais ne pouvait pas dire non à ses autres frères et sœurs et souvent, elle rentrait dans leurs conneries. Puis, Kelsey, la plus jeune, qui avait trois ans de différence avec la précédente. Elle était tout le contraire de sa sœur, faisait souvent tout pour se faire remarquer. Une famille plutôt grande, vous ne trouvez pas ? Les parents auraient voulu en arrêter là. Vous ne trouvez pas que cinq enfants, c’est suffisant ? Il y avait de l’amour pour chacun d’entre eux, tout le monde était chez lui.

Pourtant, une autre nouvelle arrivait à la mère, quelques années plus tard. Cependant, au contraire des autres fois, cette nouvelle semblait bien mauvaise. Un autre enfant s’en venait. Eux qui avaient dit qu’ils en auraient assez de cinq, voilà qu’un sixième enfant ferait son entrée dans quelques mois. Les parents étaient contre l’avortement, mais après avoir pensé quelques temps à l’adoption, ils en conclurent que, pour avoir l’air de bons parents et pour faire bonne parure dans le quartier, ils garderaient cet enfant, bien malgré eux. Question de réputation, car ils y tenaient assez, ne demandez pas pourquoi. Et c’est ainsi que le clou de cette histoire, le pourquoi je vous raconte tout cela est née. Une jeune fille avec des yeux bruns et émotifs, sans aucune malice, est venue sur Terre. La mère et le père hésitaient longuement à lui donner un nom, ne trouvant pas celui qui pourrait lui convenir, mais finirent par l’appeler Mikayla. Une famille de six enfants, qui comptaient huit membres en tout… Il fallait en avoir, de la chance, car en plus de cette grosse maison, heureusement pour eux, ils avaient assez d’argent pour tout payer de quoi ils avaient besoin pour vivre ! Mais ils daignaient à s’occuper de la jeune fille, mais le firent jusqu’à ce que celle-ci ait atteint l’âge de trois ans. Puisqu’elle commençait à réclamer beaucoup plus d’attention, les parents devenaient irritables. Ils ne voyaient aucune utilité à éduquer cette enfant comme ils le faisaient matin et soir pour les autres. Le père devait pourtant aller dans un voyage d’affaires, en Angleterre. Il emmena toute sa famille avec lui pour y déménager. Et ça tombait bien, du coup, son père était un Anglais, tandis que sa mère était une pure Québécoise qui refusait de parler l’anglais et qui enseignait à tous ses enfants le parler Québécois. Non mais drôle de famille, non ? Donc, ils déménagèrent en Angleterre, dans la ville natale du père.

Puisque les parents la détestaient à un point que l’on pouvait dire assez haut, ils avaient eu la brillante idée de lui faire passer la plupart de son temps chez son grand-père paternel. Ce vieil homme était quelqu’un de bon et d’intelligent, mais tout le monde dans la famille le reniait. Ils se servaient de lui et sans compter tous les coups, lui aussi les détestaient. Il ne voulait souvent rien savoir de son fils, de ses autres enfants et de tout le monde qui ne faisait que lui marcher sur les pieds et lui demander des services à chaque fois qu’ils venaient. C’était seulement pour cette raison qu’ils appelaient, après tout. Alors pourquoi aurait-il accepté la proposition de son plus vieux fils ? Car ils étaient venus lui rendre visite, dans une journée où tous les autres enfants n’étaient pas là, portant leur petite dernière du bout des bras, comme répugnés. Ils s’étaient assis dans le salon avec lui pour discuter, mais il voyait dans leur air que quelque-chose se préparait pour lui. Et cette fois, il n’allait pas résister et dire oui. Non, cette fois, ce qu’il voulait faire, c’était dire non, ne pas accepter ce dont ils venaient, mais il n’en savait rien… Pourtant, quand il eut Mikayla pour la première fois dans ses bras, quand il vit ses yeux bruns clair innocents et remplis de tristesse à un si bas âge, des yeux qui reflétaient déjà des tonnes d’émotions, il ne put s’empêcher de s’attacher à sa petite-fille. Et c’est pour cette raison que Mikky’ passe le plus clair de son temps chez son grand-père, maintenant, et cela faisait pour une fois plaisir à tout le monde : Le grand-père était toujours ravi de revoir le petit visage innocent de sa petite-fille, tandis que les parents avaient la ‘paix’, en quelque sorte.

Les parents travaillaient forts, mais étaient exigeants et stricts avec leurs enfants. Ceux-ci essayaient souvent de déjouer leurs lois, enfin, ceux qui le pouvaient, mais se faisaient souvent réprimander par ceux-ci. Mikky’ rentra finalement à sa première année d’école, à cinq ans. Et c’est à ce moment que notre jeune fille commença à avoir des troubles, spécialement avec Sherwood et les plus jeunes, qui suivaient leur grand frère comme une bande de moutons suivraient un berger. Ils commencèrent à blâmer Mikayla pour tous les coups pour lesquels ils pouvaient la blâmer, et les parents, détestant cette gamine de trop dans la famille, ne trouvaient rien de mieux que de l’envoyer dans sa chambre en lui gueulant après pour aucune raison. Ailleurs dans la maison, ses frères et sœurs plus vieux étaient les maîtres et elle devait les écouter pour ne pas se faire réprimander par ses parents, étant devenue extrêmement renfermée à leur sujet et les évitant comme on éviterait la peste. Mais elle ne pouvait pas toujours, vous l’aurez compris… Elle se sentait totalement détestée, personne ne l’aimait, et pourtant, elle devait continuer de vivre sans même parler, sans même dire quoi que ce soit à ce sujet.

La seule personne à laquelle elle pouvait se rattacher était son grand-père. Et elle y allait de plus en plus souvent en grandissant, le voyant lui comme une figure paternelle au lieu de son propre père. Elle grandissait, ayant maintenant sept ans, toujours aussi triste dans l’âme. Son grand-père était un grand archéologue qui s’était fait connaître, beaucoup d’années plus tôt, ayant fait plusieurs découvertes époustouflantes, autant pour le monde de l’histoire que pour tout le reste. Mais comme je l’ai dit, il n’était plus tout jeune et avait prit sa retraite il y a des années. C’était un homme très cultivé et il ne manqua pas d’apprendre tout ce qu’il savait à sa petite-fille. Il lui apprit notamment à jouer du piano, il lui lit des comptes de grandes littératures, lui comptait toutes ses expéditions tandis qu’elle buvait ses paroles comme le plus somptueux cocktail. Enfin bon, tout pour dire que ce vieil homme lui avait tout apprit sur sa vie, c’est lui qui lui avait transmis ses valeurs et tout ce qu’elle devait apprendre. C’était lui qui l’aidait, qui séchait ses larmes…Enfin, vous voyez le genre. Un lien très fort se formait entre ces deux là.

Mais quand elle était à la maison, son plus vieux frère, Dean, l’aidait à surmonter les épreuves qui se passaient avec ses parents et tout le reste. Elle venait aussi attaché à son frère, qui trouvait toujours le moyen de lui remonter le moral dans les pires cas. Enfin, surtout quand elle était rabaissée par ses autres frères et sœurs, qu’elle considérait comme des Diables vivants.

Et vint le jour où, quand elle eut seize ans, son grand-père rendit l’âme. Mikayla en avait beaucoup souffert et en avait pleuré pendant un long moment. Il avait eu un arrêt cardiaque, chose que personne ne voulait vraiment qu’il y arrive à un proche. Mais même son père, sa mère, ses oncles et tout le reste de la famille ne pleurèrent pas cette mort. Ses frères et sœurs par faute de connaissance, ses parents et le reste parce qu’ils le haïssaient. Il était pourtant un si bon homme… Qui n’avait certainement pas mérité d’être traité de la sorte. Mikky’ était une jeune femme très artistique : Chaque soir suivant sa mort, elle s’enfermait dans sa chambre pour écrire des chansons, composées avec les sentiments qu’elle ressentait suite à cette perte, suite à la plupart de ses craintes. Qui allait l’aider maintenant qu’il était parti ? Ce fut son frère qui vint la voir. J’en avais bien parlé, au début, non ? Celui-ci était très artistique. Et c’est lui qui l’aida à passer au travers, l’aidant à passer ses émotions par papier, sur des métaphores. Il laissa le côté artistique de sa sœur s’épanouir. Il venait souvent à la maison de ses parents seulement pour la voir, et elle adorait avoir sa présence avec elle. Il aimait la faire rire, lui remonter le moral et tout le reste. C’est surtout avec son aide qu’elle passa les premiers mois.

Pourtant, quelques mois après la mort de son grand-père, un homme veston-cravate vint cogner à la porte de la maison des Blackmeadow. Il demanda à voir Mikayla, qui, confuse s’avança vers la porte d’entrée. L’homme, avec un air solennel, lui remit donc une lettre. La lettre venait de son grand-père, une lettre écrite qui était supposée lui être remise à sa mort. Elle disait bien clairement que Mikayla possédait maintenant tout ce que son grand-père avait jadis possédé ! Elle en fut surprise, sous le choc. Les parents de Mikayla, ses frères et ses sœurs se trouvèrent profondément insultés de cela. Pourquoi elle avait tant de choses et pas eux !? Ils étaient de sa famille, après tout… Mais eux, ils ne les avaient jamais aimés, il ne faisait que leur redonner la monnaie de sa pièce, même dans sa mort. Elle eut la clé du manoir (Oui, je dis bien manoir) de son grand-père quelques semaines plus tard. Et dès qu’elle eut la clé, elle se débarrassa de ses parents en allant vivre dans l’ancien manoir de son grand-père, qui était maintenant le sien. Pourquoi rester plus longtemps avec ces idiots ? C’est ce qu’elle s’était dit. Elle ne leur avait même pas dit un seul mot d’au revoir, elle avait seulement quitté avec toutes ses choses et n’était pas revenue jusqu’à ce jour. Mais une chose restait floue dans son esprit : Dans la lettre que son grand-père lui avait adressée, il était bien écrit « Tu regarderas dans la petite boîte de bois, dans ma chambre. » … Qu’est-ce que cela pouvait bien dire ? C’est donc quelques jours après qu’elle se décidait à fouiller cette petite boîte dont il parlait.

Elle en retira tout son contenu pour découvrir une petite trappe au fond. Elle l’ouvrit, y découvrit une deuxième lettre à son nom. Intriguée, elle ouvrit celle-ci et fut prise d’un autre accent de stupeur en voyant ce qui y était écrit :

« Mikayla, si tu lis ça, c’est que je suis mort depuis un moment déjà. Je suis bien content que tu aies trouvé cette lettre. Depuis que j’ai vu que tu aimais cette école, Storm Garden, je t’y ai inscrit. Ne me demande pas comment j’ai eu l’argent. Je ne voulais pas te le dire, mais mes recherches archéologiques et tout ce que j’ai accompli dans ma vie m’ont rendu riche. Tu as aussi hérité de toute ma fortune. »

En lisant ce dernier mot, la jeune Mikayla ne sut quoi faire, elle resta pendant un long moment sans bouger à regarder la lettre qu’elle tenait dans ses mains. Mais ce n’était pas fini.

« Ps. Je sais que tu ne pourras pas toucher à cet argent avant un bon moment… Je t’en ai laissé dans le grenier, aussi. Il y en a une grande somme, là aussi, mais je te sais assez raisonnable pour ne pas tout dépenser d’un coup. Je t’ai mieux appris que ça. Prends soin de toi, je t’aime.

Grand-père »

Eeet c’est environ ça l’histoire de Mikayla ! Devenue riche à cause de son grand-père, elle est maintenant à Storm Garden depuis quelques années.


Caractère.

Ce n’est pas une personne qui est simple, mais elle n’est pas non plus très compliquée. Pour la cerner, il faut surtout se tourner sur les valeurs que son grand-père lui a autrefois enseignées, sur la morale de toute chose et sur, bien évidemment, ses passions et ses états d’âmes. Mais personne ne peut vraiment le savoir, car elle ne se confie seulement qu’à ceux qu’elle connaît vraiment, à ses vrais amis, ceux qui l’ont toujours soutenue et qui étaient là pour elle d’une certaine manière. Pour commencer, elle est travaillante. Pourquoi cette simple petite chose ? En effet, elle se retrouve incapable de commencer quelque-chose sans le terminer, que ce soit n’importe quoi, et quand il faut s’y mettre corps et âme, elle y mettra même tout son cœur. Perfectionniste, elle aime que tout soit fait d’une manière appropriée, ce qui veut aussi dire qu’elle va prendre son temps et s’appliquer au lieu d’aller trop vite et de faire tout à l’envers. Mais bon, pour la perfection, c’est à SA manière, et non à celle des autres. Que quelqu’un lui dise comment il le veut, elle ne va pas l’écouter. Si c’est quelque-chose d’original, vous pourriez même être surpris de tout ce qu’elle pourrait faire. Au premier regard, notre jeune artiste peut sembler froide et distante, mais il faut voir beaucoup plus loin, elle a simplement peur de se faire rejeter et préfère souvent la solitude, ou être avec des personnes qu’elle connaît déjà plutôt qu’avec des étrangers qu’elle ne connaît qu’à peine. Elle n’est pas du genre à faire les premiers pas, souvent, elle va attendre que ce soit l’autre personne qui le fasse. Mais bon, comme je le dis, elle ne semble pas sociale au début, vous allez voir qu’il n’est pas difficile de gagner sa confiance et de monter dans son estime plus le temps avance. C’est une personne franche qui dit souvent ce qu’elle pense, même si l’opinion peut sembler blessante sur un certain point.

Mikayla ne se laisse que rarement marcher sur les pieds et bien qu’elle soit quelque peu naïve, elle sait faire preuve de bon sens. Mais bon, en la connaissant mieux, vous pourriez voir qu’elle est seulement un peu timide envers les personnes qu’elle ne connaît que peu. Avec ses amis et des présences qu’elle connaît, elle semble tout de suite une autre personne. Souvent souriante, elle est du genre à aimer rire et plaisanter avec les autres, avec sa bande, qui est quelque peu restreinte. Elle ne connaît que peu de personnes, mais c’est compréhensible, elle a beaucoup de difficulté à accorder sa confiance à beaucoup de gens, surtout à cause de l’enfance difficile qu’elle a passé, avec ses frères et ses sœurs. Laissez-moi vous dire que même quand vos parents ne vous aiment pas, on en apprend facilement, assez jeune, aussi. Oh, et les remarques sarcastiques la connaissent par moments, surtout quand quelqu’un faut une mauvaise blague. Mais ça, c’est son côté plus froid, quand elle commence à être un peu irritée. Mais voyez-vous, il est mieux de la voir faire des remarques sarcastiques que de la voir fâchée. Je n’ai qu’un conseil à vous donner : Si jamais vous voyez qu’elle se fâche… Courez ! Ce n’est pas un beau spectacle à voir…Enfin, vous êtes avertis. Bien qu’elle ne se fâche que rarement, il ne faut pas l’irriter à ce point à moins d’en subir les conséquences. Et elles sont particulièrement désastreuses. Elle est aussi très protectrice envers ceux qu’elle aime, il ne faudrait pas, surtout pas, dire du mal de ses amis ou toucher ne serait-ce qu’un de leurs cheveux. Elle peut être pire qu’une mère poule par moments ! Mais il faut que la personne en vaille la peine… Dans ses yeux se reflètent souvent ses émotions, car elle est une personne qui est loin d’être insensible. Et c’est aussi une des raisons pour laquelle elle garde ses lunettes de soleil dans certains cas : Pour cacher ces émotions qui lui font paraître faible, ou simplement pour ne pas alerter les autres et les embêter avec ses problèmes…

Et c’est un point, ça. Ne pas embêter les autres avec ses problèmes. S’il faut qu’elle montre ses émotions, ce sera en les chantant, en les écrivant, en composant des poèmes et toute sorte de littérature ou même en les jouant sur un piano. Pour tout dire, c’est une amoureuse de toutes les formes d’arts. Elle adore la littérature, le théâtre, le dessin et tout ce qui peut s’y référer de près ou de loin. Mais pour elle, la musique est une fenêtre sur l’âme, sur les émotions incomprises. C’est un moyen de faire passer un message, si vous savez écouter et voir la profondeur de tout ce qui y est. Si vous ne savez pas, vous avez de bonnes chances de ne rien comprendre de notre jeune femme. Il n’est cependant pas rare de la voir dessiner en plein cours. « Bah quoi ? Ça m’aide à me concentrer et j’ai toujours des bonnes notes d’une manière ou d’une autre… » Est ce qu’elle va vous répondre, si vous lui posez une question à ce sujet. Elle est souvent prise à pianoter sur sa table de travail, aussi. De vieilles habitudes qu’elle a depuis qu’elle est jeune, tout simplement.

Mais il y a quelque-chose que j’ai totalement oublié de parler… Sa curiosité. Celle-ci est à toute épreuve. Notre jeune femme adore savoir. Si elle veut savoir quelque-chose, Mikky’ pourrait tout faire pour y arriver, pour trouver cette information qui lui reste floue dans son esprit. Des livres et des livres… Beaucoup pourraient la prendre pour une accro des livres. Mais pas seulement pour la connaissance, oh ça non ! La littérature est une autre de ses grandes passions et elle peut souvent être vu à lire des romans de toutes sortes, explorant les différents styles et les différents auteurs, dévorant n’importe quoi qui semble intéressant et qui tomberait sous ses yeux. C’est comme une drogue ! Alors voilà, vous avez une description assez complète du caractère de notre jeune artiste !





Dernière édition par Mikayla R. Blackmeadow le Mer 17 Nov - 21:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dylan Fletcher
Artiste



Messages : 50
Date d'inscription : 17/10/2009

Petit Plus
Âge: 21

MessageSujet: Re: Mikayla Blackmeadow   Mar 20 Oct - 16:08

Alors bienvenue et bonne continuation pour ta fiche :P

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Mikayla Blackmeadow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Storm Garden :: Le debut du commencement :: Les dossiers des élèves :: Les élèves de l’école-
Sauter vers: