Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Evy Rosefield
Artiste



Messages : 104
Date d'inscription : 13/11/2009

Petit Plus
Âge: 17 ans. :)

MessageSujet: Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]   Mar 2 Fév - 19:36

    C’était une journée de cours ordinaire, qui s’annonçait assez longue à vrai dire. Les couloirs de l’école étaient vides, car tous les cours avaient déjà commencés. Quelques feuilles traînaient sur le sol, restant toutes à leur place. Evy était en cours de littérature, attendant que leur travail leur soit remis avant d’aller voir le professeur. De toute façon, elle terminait avant tout le monde. Lorsque le travail fût remis à tous les élèves, Evy se leva puis courut jusqu’au bureau du prof. Ce dernier roula des yeux en voyant l’empressement que la jeune élève avait d’aller le voir. Pourtant, elle n’avait aucune question à poser à propos du travail. C’était à peine si elle avait commencé à lire la première page. Elle s’arrêta aussitôt pour regarder l’heure. Le cours avait débuté il y a près de quinze minutes.. Elle continua, mais en marchant cette fois-ci. Elle s’arrêta devant le bureau, puis demanda :

    -Monsieur, je dois aller aux toilettes, est-ce que je peux?

    -Bien sûr Evy, mais ne prends pas trop de temps.

    Elle sourit, puis sortit de la classe rapidement. Elle jeta un coup d’œil dans les couloirs, pour voir s’il y avait des Gardens ou des F4 qui attendaient pour trouver leur prochaine victime. Mais non, personne. Donc elle courut vers la salle de bain, regardant anxieusement derrière elle. Une fois arrivée, elle entra dans les toilettes des filles. Rien ni personne. Ce n’était pas étrange du tout. D’habitude, les profs disent non aux élèves. Mais elle finissait toujours avant tout le monde, alors pourquoi dire non à la jeune rousse? Elle s’arrêta devant un miroir, faisant couleur l’eau pour en asperger son visage. Elle l’Essuya un peu, puis alla aux toilettes. Avant d’en sortir, elle jeta un dernier coup d’œil dans les miroirs, pour vérifier si tout était parfait. Hé bien, rien d’anormal. Elle passa le seuil de la porte, puis remarqua quelqu’un.. Quelqu’un de pas bien net..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité




MessageSujet: Re: Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]   Mar 2 Fév - 23:55

Pendant plusieurs minutes j`attendis ce moment et enfin il fut arrivé... Je me levai pour aller voir le prof et pour lui glisser sur la table un chèque de 5000$. Et oui.. Evy venait de passer devant la fenêtre et elle semblait pressée, alors j`en conclus qu'elle devait aller aux toilettes. Les toilettes de Storm Garden .. l`endroit le plus insonorisé de l`école ( ce depuis que certains éleves s`étaient pleins d`être gêné d`aller au petit coin...). Ce sont c`est mêmes toilettes qui allaient être l`endroit ou Evy Rosefield allait se faire déveirger... et ce, sans son autorisation.

Alors avec mon sang froid je quittai la classe en direction des ''Washroom'' pour dames.
Pendant cette promenade dans les corridors de l`établissement, je fis signe, par l`ouverture vitrée des portes, a quelques uns des gardens qui n`avaient pas encore été initiés. Après que chacun d`eux eurent quitté leur classe, je me mis en route vers, se que j`appelais depuis deux ans, '' la Mission GB ''.

Evy venait de rentrer aux toilettes lorsque nous arrivames, moi et 4 autres gardens, devant l`aile Est (toilettes). Alors je me tournai vers les autres gardens pour leurs expliquer les évenements qui allaient bientot se produire. Je voyais sur leurs visages la peur et le stress.. S`était la même frayeur que j'avais eu lors de mon initiation et ce, lorsque j'avais seulement 14 ans. Les minutes semblaient etre des heures, car il fallait le spécifier ... malgré mon experience, nous n'étions jamais sûr de la tournure que les événements pouvaient prendres.

Plusieurs minutes avaient passées lorsque Evy sortit enfin de son '' sanctuaire ''. A ce moment, on ne pouvait plus reculer. Je sortis de ma cachette et je lui aggripé le cou, a ce moment je sentit sa salive remontée et ses muscles se contracter sous la force de ma poigne. En un instant je l`avais plaqué au sol. D`un signe de tête j`attirai les autres a tenir ses bras et ses jambes pendant que je l`attachais aux barreaux de soutient des lavabo. Ensuite je lui mis un ruban sur la bouche pour que nous soyons sur de ne pas attirer l`attention sur nous. Enfin, je commençai a la déshabiller ... pantalon, gilet, soutient-gorge et finalement son string que j`eu un malin plaisir à lui enlever avec mes dents.

Ensuite, se fut la grande plongé, condom bien placé, car je ne voulais aucunement avoir d`enfants a 17 ans, Je m`introduis en elle avec une assez grande brutalité. Bizarement, j`eus toujours une certaine excitation au moment ou je serrais ma main sur le coup de la victime... alors plusieurs fois, les '' nouveaus '' durent m`arrêter, avant que je ne tue cette fille. Après une vingtaine de minutes, je laissai la place aux autres.

Ensuite, je me rinçai l`oeil pour un bref moment. Apres ces minutes passées, je m`approchai de la porte qui était close depuis le début de notre ''activité'' et j`écoutai la douce musique produite par ses cris et ses supplices qui étaient eux mélangées des cris d`orgasme prvenants d`elle et des recrus.

Exactement 15 minutes plus tard, je conclus cette petite fête privée en disant:

Je crois qu`elle eue ce qu`elle méritait ...


Dernière édition par Christopher Junior Scott le Mer 3 Fév - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Evy Rosefield
Artiste



Messages : 104
Date d'inscription : 13/11/2009

Petit Plus
Âge: 17 ans. :)

MessageSujet: Re: Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]   Mer 3 Fév - 11:01

    Son regard n’eut pas le temps de rencontrer celui du jeune homme devant elle qu’elle se fit agripper férocement au cou. Ses muscles se crispèrent sous la force que Chris avait déployée, puis elle se fit plaquer au sol en seulement quelques instants. Le choc contre le plancher lui fit un mal de chien, duquel elle s’empressa d’étouffer un cri. Paniquée, la jeune femme essaya alors de se débattre, mais quatre autres Gardens sortirent de leur cachettes, prenant ses jambes et ses bras pour l’empêcher de bouger. Qu’allaient-ils lui faire? Pourquoi s’en prendre à Evy? Son regard scrutait toutes les issues possibles, mais pour l’instant, elle ne pouvait rien faire contre les quatre Gardens qui s’était jetés sur elle pour l’empêcher de bouger. Le chef des Gardens s’approcha donc de la jeune rousse, commençant à l’attacher sur les barreaux de soutien du lavabo. La jeune femme ne put retenir quelques larmes et quelques gémissements tandis qu’elle essayait toujours de se débattre.

    -Lâchez-moi.. S’il vous plaît! Je t’en prie.. Laisse moi partir. Arrête-toi!

    Ses cris furent mélangés à quelques sanglots, mais cela ne dura pas longtemps car Chris apposa un ruban sur sa bouche pour éviter qu’elle crie et, par la même occasion, n’attire d’Autres personnes à ce petit spectacle. C’est alors que les mains du jeune homme commencèrent à parcourir le corps de la jeune femme dans l’espérance de la déshabiller. Il retira son pantalon, tandis que la jeune femme essayait de faire le plus de bruit possible. Ce fut le tour du soutien-gorge par la suite, et du gilet. Pour la fin, Chris retira le String de la jeune femme avec son dents. Evy ne pouvait pas s’empêcher de sangloter, espérant que ce ne soit qu’une mauvaise blague, qu’ils n’aient pas plus loin que ça.. Qu’ils lui prennent ces vêtements et qu’ils partent. Mais ça n’avait pas l’air de cela.. Lorsque les vêtements d’Evy furent tous retirés en entier, le Garden détacha son pantalon puis mit le condom bien en place. Les sanglots furent de plus en plus ardents lorsqu’Evy constata avec dégoût ce qu’il voulait faire. Sans préavis, il s’introduit en elle avec une grande brutalité. La jeune femme, malgré tous ses efforts, ne put retenir un cri strident dû à la douleur causée par l’acte. Après quelques vas et viens, il posa sa main sur le cou d’Evy, le serrant encore plus à chaque fois.

    La jeune artiste avait beau essayer de trouver son souffle, c’était devenu impossible. Des Gardens vinrent l’arrêter quelques fois. La jeune femme reprit son souffle, toujours en pleurant. Après 20 minutes, le Garden s’arrêta, puis Evy atténua ses sanglots. Elle croyait qu’ils allaient partir maintenant, qu’ils lui avaient fait assez mal. Mais non. Chris fit un signe aux autres et ils eurent un tour chacun. Ce manège dura quinze minutes au maximum, avant que Chris n’interviennent et dise qu’elle en avait assez eu. Evy resta au sol, incapable de bouger pour l’instant. Ses muscles s’étaient crispés sous la douleur et la brutalité de l’acte. Alors qu’elle reprenait le peu d’esprit qu’elle pouvait pour parvenir à bouger, la jeune femme s’attira à l’aide de ses bras vers le barreaux puis, avec ses mains bien près de sa bouche, elle retira le ruban brusquement. La jeune femme se permit de glisser quelques mots avant leur départ, ne voulant pas les laisser partir avec ce sourire au visage.


    -Quelle bande d’enfoirés dis donc.. Dit-elle avec une touche de difficulté dans sa voix, mais surtout de mépris. Jamais personne n’avait vu Evy parler ainsi à un individu, sauf sa sœur bien entendu. Elle continua sur la même note. Ne pars pas si vite pauvre trou de cul. Tu.. Détache moi. Allez « goldfish », as-tu besoin… Que je.. répète? Ses mots s’étaient voulus hésitants à la fin, car elle savait dans quel pétrin elle se mettait.

    Elle ravala ses mots, consciente du danger dans lequel elle se foutait. Mais ces mots lui avaient fait beaucoup de bien, il avait fallu qu’elle les exprime le plus tôt possible. La jeune femme tremblait comme une feuille, et sa voix le démontrait aussi bien que son corps. Pendant ce temps, la jeune femme essaya de mordre le ruban autour de ses mains, mais si elle continuait ainsi, elle allait prendre plus d’une heure à tout détacher.. Et ce qui signifie une heure signifie fin des cours. Les toilettes allaient être pleines de jeunes filles d’ici peu. Alors il n’avait pas d’autres choix que de la détacher. La jeune femme se remit à pleurer, ayant trop de difficulté à arracher le ruban avec sa bouche. Elle tremblait un peu trop..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité




MessageSujet: Re: Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]   Mer 3 Fév - 17:02

Après avoir fait l`acte qui m`avait procuré tant de plaisir, je me souvenus que nous n`avions pas détaché la jeune et stupide rousse. Alors pour ne pas qu`elle demeure étendue toute la journée, pour ne pas qu`elle soit découverte par les autres filles de l'école et surtout, pour ne pas que ces événements ne fassent la manchette des nouvelles locales ... Alors avec un soupire des plus profonds et ce a contre coeur, je décidai d`aller la déttacher.

Au moment ou j`approchai de la la pièce, les doutes commencèrent a me traverser l`esprit et une brève pitié commenca a prendre emprise sur moi .. Mais bien vite je trensformai cette pitié en colère.

J`allai vers le coin de la pièce et je me penchai vers la jeune qui sanglotait ... D`un geste assez brusque je l`a pris par la base de sa tête et je la forçai a me regardai, car sous l`effet de la peur elle ferma les yeux ... Malgré mon avertissement elle me déjouait du regard.. Cette fois je lui dit d`une facon plus autoritaire et je la frappai au visage pour etre sûr qu`elle est ''compris'' le message. A ce moment elle me regarda d`un regard emplit de haine et de terreur.

A ces yeux de chiens battus je pus que répondre :

Voila se qui arrive lorsqu`on se met Christopher Junior Scott a dos .. salope ..

Ensuite je la détachai .. et juste avant de quitté, je lui crachai deçus et ce, avec un regard portant un fort message de dédain en son égart...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Evy Rosefield
Artiste



Messages : 104
Date d'inscription : 13/11/2009

Petit Plus
Âge: 17 ans. :)

MessageSujet: Re: Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]   Lun 1 Mar - 14:31

    Ses sanglots s’arrêtèrent brusquement, sa voix ne se cassait plus. La peur et la tristesse d’Evy avaient étés remplacés par la colère et le mépris. Il n’y avait que cela maintenant, en elle. Alors que les jeunes Gardens se retournaient pour partir, Christopher s’arrêta. Mais que lui voulait-il encore? Il ne lui avait pas assez fait mal cette fois-ci? Avait-il oublié de faire quelque chose encore? La jeune femme fit de son mieux pour se redresser, mordillant encore le ruban autour de ses mains. Il fallait vite qu’elle le détache.. Elle ne voulais pas rester ici, non, jamais elle ne remettrait les pieds ici. C’était encore mieux. Son regard se braqua sur le jeune homme, tandis qu’il faisait demi-tour. Evy arrêta de mordiller le ruban, le regardant avec haine et hargne. Qu’il n’ose pas s’approcher.. Il s’approcha d’elle et la détacha, à contre cœur évidemment. Il n’en fallait pas plus pour deviner une réaction de Gardens. Enfin, ils étaient tous prévisible. Trop, même. Des clones matérialistes conçus pour la souffrance et le manque d’originalité, c’était ce qui les composaient tous, aucun mis à part. Une fois ses mains libres, elle prit ses vêtements qui gisait sur le sol, à ses côtés. Son cœur battait rapidement, motivé par une pointe de peur lorsqu’il la détacha. Mais la colère régnait en maître sur elle, ne laissant pas la peur dominer pour rien au monde.

    Se laisser faire était bien trop passé de mode pour ce genre de situation, vous ne pensez pas? Ce sentiment de colère ne visait plus que les Gardens à présent; il visait la terre entière, aucun compromis. L’humanité, c’est la fin de tout. L’humain aime détruire, maltraiter, se battre, se construire un empire empli de douleur et de désespoir. La colère possédait maintenant tout son corps, mais elle n’osait pas plus bouger. Alors qu’elle allait remettre ses vêtements, ne croisant en aucun cas le regard de Christopher, bien évidemment. Si elle croisait son regard, elle le tuait. Tout simplement. Lui et sa bande de jeunes garçons surexcités. Ils allaient tous mourir, et de la joli main de l’artiste. Oh, maintenant.. La gêne n’était plus. Sa timidité n’avait pas remporté ce combat, malheureusement. La vraie Evy avait prit place, mais beaucoup plus violente. À qui est-ce la faute? À ce chef délibéré qui se tenait devant elle. Le jeune homme la sortit de ses pensées en attrapant les cheveux qui ornaient la base de sa tête et tira dessus pour faire en sorte qu’elle le regarde. Mais elle ferma brutalement les yeux, sa respiration devint rapide. Elle serra ses mains sur les vêtements en moitié enfilés, tandis qu’il lui criait dessus pour qu’elle le regarde. S’il croyait qu’Evy allait le regarder maintenant, hé bien il se foutait le doigt dans l’œil celui-là! Malheureusement pour la jeune femme, Christopher la frappa au visage, la forçant à ouvrir les yeux cette fois-ci. Son regard était empli de haine, de colère.. Tout ce que personne n’avait jamais vu chez Evy auparavant. Il y avait quand même un peu de terreur dans ses yeux, le coup avait été assez violent pour tout dire. Le jeune homme se mit alors à parler..


    -Salope? Dit-elle, son ton quelque peu effrayant. Continue, pour voir. Allez, continue.. Le défia-t-elle, un infime sourire au visage. Sa joue commençait à lui faire atrocement mal, plus qu’auparavant. Là où il l’avait frappé, évidemment.

    Allait-il avoir le cran de continuer, ou disparaîtras-t-il encore une fois en laissant sa marque de commerce sur elle? Alors qu’elle attendait une réaction distincte, peu importe serait-elle, il ne fit que se relever et lui cracher au visage par la suite. La jeune femme voulait lui asséner un coup de pieds… Elle voulait le tuer, l’étrangler ou l’étriper, mais le tuer de ses propres mains. La rage qu’elle entretenait à son égard était dévastatrice, presque mortelle.. Mhh, peut-être plus mortelle que dévastatrice, finalement. Le regard du jeune homme exprimait le dédain, mais ce n’était que pour qu’elle se sente plus mal qu’elle se sentait déjà. Cette tactique ne fonctionnait pas, j’en ai bien l’impression. Evy ne le quittait pas des yeux, tandis qu’il était de dos à elle et partait de la salle de bain suivi de ses chiens de poche ignorants. Scène plutôt drôle à voir. La jeune femme esquissa un sourire, expirant une grande bouffée d’air lorsqu’il fut sorti. Mais peut-être qu’il n’était pas si loin que cela, au fond. La jeune femme se releva dans l’espoir d’enfiler son jeans au complet, puis l’attacha autour de sa taille. Le bouton avait été arraché. Quelle poisse. La jeune femme prit une élastique autour de son poignet, puis fit de son mieux pour recréer une genre d’attache. Elle enfila ensuite son soutient-gorge puis son gilet. À pas hésitant, elle se retourna pour fixer son reflet dans la glace. Sa joue était devenue bleue pâle et enflée, tandis que son corps tremblait toujours. Elle posa lentement une main sur sa joue, se remettant à pleurer. Quelle bêtise allait-elle bien pouvoir inventer pour ne pas que ce qu’il s’était passé s’ébruite?

    La jeune femme resta là à se regarder tout en pleurant, incapable de faire quoi que ce soit d’autre. Son corps ne voulait cesser de trembler, même si elle s’efforçait du mieux qu’elle pouvait à contrôler ces tremblements. Qu’allait-il se passer maintenant? Un long soupir passa la barrière de ses lèvres, cassé par quelques tremblements. En y repensant bien, elle aurait dû l’affronter.. Le détruire à l’instant même où il lui avait asséné le coup au visage. Alors qu’elle y pensait et y repensait, elle prit son courage à deux mains avant de sortir de la salle de bain, poings fermés de chaque côté d’elle, prenant la direction dans laquelle Christopher avait filé. Il était toujours là, marchant dans le couloirs avec ses nouveaux initiés. La jeune femme s’arrêta brusquement, puis leur fit face. Elle s’avança à nouveau mais cette fois-ci vers Christopher. Tandis qu’elle avançait, ses poings devenaient de plus en plus serrés. Une fois devant lui, son poing se leva, allant frapper de plein fouet son visage.


    -C’est ce qui arrive quand on fait du mal à Evy Rosefield…. Salaud. Dit-elle, reprenant presque les mots que le jeune homme avait employés plus tôt. Elle resta là, ayant envie de continuer à le frapper. Alors qu’elle releva son poing pour le refrapper, mais cette fois-ci au ventre, quelqu’un arrêta son poing. Mais qui était-ce? Evy n’avait même pas porté attention à ce détail…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité




MessageSujet: Re: Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]   Mar 9 Mar - 21:19

Après lui avoir fait ce que j’avais à faire, je lui tournai le dos et je quittai la pièce. Tout au long du parcours qui nous séparait de la résidence des Gardens, nous étions sur nos gardes, car nous savions, enfin moi je savais que cette fille avait du cœur au ventre et ce, surtout avec ce qu’elle m’avait dit lorsque que je l’avais frappé. Bien sure si je l’avais frappé de toutes mes forces, nous serions en ce moment aux urgences ou même a la morgue…

Alors après quelques minutes de marche ininterrompue, j’ordonnai à mes (disciples) De s’arrêter, car j’avais un drôle de pressentiment … et je me fis toujours a ce genre de sensation. A cette seconde je me retournai et je vis un poing se rapprocher à toute vitesse. Malheureusement, même avec mes reflexes de lynx je le reçu su la mâchoire… Moi qui croyais que les filles de défendaient qu’avec le sac a main… Alors au même instant je reculai de quelques pas. (Ce n’est pas ce petit coup qui m’aurait fait fuir). En plus de cela, je crois que le craquement entendu au moment de l’impact provenait de sa main. De plus il faut dire qu’avec toutes les heures d’entrainement intensif que je faisais, j’étais très solide … mais je crois qu’elle avait remarqué cette chose lorsque je l’ai pénétré.

Un peu surpris, je dois l’avouer, je la regardai pendant une seconde avec un regard agressif, pour ensuite me rendre compte qu’elle s’apprêtait à refaire le même coup. Mais cette fois-ci j’étais prêt pour la remettre à sa place.

Elle leva le poing et … une autre main pénétra dans mon champ de vision. A ce moment je levai les yeux pour me rendre compte que Jonathan Winchester … Oui oui … le grand Jonathan Winchester en personne, la superstar, et depuis peu, notre prof d’art musical. Je crois que nous étions tous surpris de cette interaction. J’ouvris la bouche pour dire :

Mr. Winchester, pouvons nous vous aider ?

Quel question stupide venais-je de poser … je crois que ce fut le stress qui m’était monté a la tête.

La seule chose que j’espérais, était qu’il venait juste d’arriver et qu’il n’avait rien vu de notre petite fête …
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Evy Rosefield
Artiste



Messages : 104
Date d'inscription : 13/11/2009

Petit Plus
Âge: 17 ans. :)

MessageSujet: Re: Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]   Mer 10 Mar - 22:58

    La jeune femme resta figée, sa main incapable de bouger. La main qui s’était posée sur la sienne lui faisait un mal de chien.. Mais ce n’était pas la faute de ce toucher. C’était la faute de Chris. Bon sang, il était solide ce type! En plus, il n’avait pas l’air d’avoir eu mal.. Pas du tout.. Mais elle l’avait fait reculer de quelques petits pas, ce qui la réjouissait intérieurement. La jeune femme esquissa un infime sourire devant cette scène, avec une moue endolorie. Comment pouvait-il être si solide?! La jeune femme perdit son sourire, refusant de se laisser faire une fois de plus. Elle allait lui faire mal, d’une quelconque manière.. Elle y parviendrait, peu importe comment. La jeune femme retira brusquement sa main de celle du.. Professeur?! Un prof? Oh, et puis? Elle irait en colle, c’est tout. La jeune femme fixa le professeur de façon colérique, refusant de lâcher prise envers Chris. Lorsque ce dernier demanda au professeur ce qu’il pouvait faire pour lui, la jeune femme se mit à rire.. Plutôt sarcastiquement. Il allait voir de quel point elle se chauffe.. Et ce n’est pas très beau à voir, croyez moi.

    Evy se retourna vers le professeur, croisant les bras contre sa poitrine rapidement, d’une façon autoritaire. Du haut de ses 1m52, elle ne paraissait pas si.. dérangeante et autoritaire, et elle le savait plus que tout le monde. Mais rien ne l’empêche d’essayer, non? Bref, la jeune rousse se retourna vers Christopher, ignorant totalement le professeur. Elle le regarda avec dédain, avant de le repousser contre le mur derrière lui. Elle mit toute sa force dans ses bras pour tenter de le figer sur le mur.. Mais sa main lui faisait atrocement mal. Elle le lâcha, ne laissant pas une seconde à Chris pour riposter avant qu’elle le refrappe, mais au ventre, comme prévu. Lorsqu’elle rétracta sa main, elle sautilla, mais de douleur. En sautillant, elle criait toutes sortes de bêtises.. Des gros mots, si vous voulez. Le prof attendait toujours, donc elle se retourna vers lui, tenant son poignet entre sa main droite. D’un ton rempli de mécontentement, elle lui répliqua au nez :


    -On a des comptes à se rendre. Partez.

    Avec une grande détermination, elle se retourna vers le prétendu chef des Gardens. Il ne semblait pas content, cette fois-ci. Allait-il faire quelque chose? Riposter, pour une fois? Allait-il être trop.. Peureux – Oui c’est le mot- pour toucher une fille?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le mal vu de près. [Christopher Junior Scott.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Storm Garden :: L'établissement :: Couloirs :: Les toilettes-
Sauter vers: